Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Cassien d’Imola, le saint patron des sténographes
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Lun 13 Mai 2019 4:34 pm    Sujet du message: Cassien d’Imola, le saint patron des sténographes Répondre en citant

Un utilisateur de la tachygraphie, et d’ailleurs un professeur d’icelle, n’est autre qu’un saint canonisé.

Il s’agit de saint Cassien d’Imola, martyrisé au IVe siècle, en 363 selon la date traditionnelle, ou alors en 303 sous Dioclétien. On dispose de peu de détails biographiques, mais son cas n’est pas à confondre avec des légendes totalement floues, car son martyre a été décrit d’une façon circonstanciée, quoique étrange. Les commentateurs n’y voient qu’un conte, une légende, et absolument rien d’autre. On peut certes alléguer un parallèle plus ancien, que je préciserai plus loin, mais qui est d’un genre assez divergent.

Selon ce qui nous est rapporté par le poète Prudence (voir plus loin), Cassien était professeur et, outre l’écriture, il semble avoir enseigné la tachygraphie, du type de ce qu’on est convenu d’appeler les notes tironiennes, art dont on sait qu’il le pratiquait. C’était une technique exigeante, qui nécessitait une discipline de fer.

D’après ce qu’on sait, voici ce qui s’est passé. On découvrit que Cassien était chrétien, et qu’il se refusait à sacrifier aux dieux, comme stipulé par l’empereur (Julien l’Apostat selon une hypothèse). Il fut donc condamné à mort et périt à Imola (Forum Cornelii), près de Bologne. Jusque là, le schéma est classique.

Ce qui est beaucoup plus original, c’est le mode de mise à mort. Le magistrat décida de livrer Cassien à ses élèves. Avait-il été un maître exigeant, dur ? C’est en effet ce qui semble être le cas, du moins du point de vue de sa classe. Ses élèves, encouragés par le magistrat, se vengèrent de sa rudesse pédagogique en le dénudant, en l’attachant à un poteau, en brisant leurs tablettes sur son visage, et surtout en le criblant de blessures superficielles ou profondes avec les stylets qu’ils utilisaient pour apprendre l’écriture et la sténographie, tout en l’insultant. On peut difficilement imaginer un supplice plus cruel pour un magister. Le seul analogue, heureusement imaginaire, est le vieux chant de guerre faussement sadique des écoliers que, dans ma génération, on chantait à la veille du quatorze juillet, comme ici (dans ma version, il y a des variantes) :

Vive les vacances,
Plus de pénitences,
Les cahiers au feu,
La maîtresse au milieu !

Pour Cassien, voir Wikipedia en anglais et surtout en italien. Noter l’illustration.

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Cassian_of_Imola

https://it.m.wikipedia.org/wiki/Cassiano_di_Imola

Cassien a été célébré par le poète Prudence (Aurelius Prudentius Clemens, né en 348, mort entre 405 et 410), auteur estimé et beaucoup lu au Moyen Âge, dans un des poèmes de son recueil Peristephanon (Couronnes des martyrs), le numéro 9. On trouvera le poème latin (Passio sancti Damiani forocorneliensisi) et sa traduction en anglais ici, à partir de la page 220 :

https://archive.org/details/prudentius00pruduoft/page/220

On trouvera aussi le texte latin commenté vers à vers, avec une traduction collant à l’original, dans la thèse de Fux (voir plus loin).

Prudence se rend à Rome. Arrivé à Imola, il voit la tombe de Cassien, tué pas si longtemps avant, il pleure sur ses fautes, et, voyant un tableau, il décrit la scène du martyre de Cassien sous les couleurs les plus vives, l’histoire étant corroborée par les assertions d’un sacristain. Prudence étant un poète lettré, on trouvera une étude de Peristephanon 9 par Cillian O’Hogan, qui note les réminiscences virgiliennes dans la composition.

https://hcommons.org/deposits/objects/hc:15582/datastreams/CONTENT/content

On trouvera un commentaire vers à vers du Peristephanon 9 dans la thèse de Pierre-Yves Fux (Genève, 2003), à partir de la page 321, jusqu’à 343. À l’une ou l’autre de ces deux adresse :

https://doc.rero.ch/record/4286/files/1_these_FuxP-Y.pdf

http://www.unige.ch/cyberdocuments/theses1997/FuxP-Y/these_body.html

J’y ai fait allusion plus haut, la mort atroce de Cassien reproduit pour une part celle du maître d’école de Faléries, racontée par d’abord par Tite-Live, puis par Plutarque et par Valère Maxime, et illustrée longtemps après par des peintres comme Poussin.

http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=18694

Iconographie de Cassien :

http://har22201.blogspot.com/2015/08/saint-cassien-martyr.html


On peut lire l’épisode ici dans une traduction de Tite-Live :
http://bcs.fltr.ucl.ac.be/LIV/V.html

On voit la similitude et la différence avec l’histoire de Cassien. Il s’agit d’un maître d’école d’une ville falisque, Faléries, assiégée par les Romains. Un maître qui a pour charge de s’occuper dun groupe d’écoliers les conduit en dehors de la ville sans rien changer à ses habitudes malgré l’état de guerre. Il décide de trahir, se rend à la tente de Camille pour leur livrer les enfants des grandes familles de la ville. Camille est indigné par cette bassesse, dépouille le triste individu, lui fait lier les mains derrière le dos, fournit des verges aux écoliers (dans sa Vie de Camille, Plutarque ajoute : des courroies), qui le reconduisent à Faléries en le fouettant. Les Falisques, impressionnés par le sens de l’honneur des Romains, deviennent leurs alliés. Variante : Valère Maxime dit que c’est le Sénat qui avait décidé de la peine du maître d’école.

[Pour les Romains, les verges étaient réservées aux esclaves].

Le point qui nous intéresse le plus est que Cassien est non seulement un maître d’école, mais aussi un praticien, et plus que probablement, un professeur, de la sténographie.

Præfuerat studiis puerilibus et grege multo
sæptus magister litterarum sederat,
uerba notis breuibus comprendere cuncta peritus
raptimque punctis dicta præpetibus sequi.

Il avait présidé aux études des enfants et, entouré d'une troupe nombreuse, il avait siégé en tant que maître d'écriture, habile à saisir tous les mots dans de brèves notes et à prendre sans retard la suite des paroles avec des points au vol ailé [traduction de Fux]

Aspera nonnumquam præcepta et tristia uisa
impube uulgus mouerant ira et metu ;
doctor amarus enim discenti semper ephebo
nec dulcis ulli disciplina infantiæ est.

L'enseignement, qui semble parfois dur et sévère, avait soulevé dans ce peuple juvénile la colère et la crainte ; le professeur est en effet toujours pénible au jeune étudiant et la discipline n'est en aucun cas douce à l'âge des enfants

Plus tard :

Poenarum artifici quærenti, quod genus artis
uir nosset alto tam rebellis spiritu,
respondent : " Agmen tenerum ac puerile gubernat,
fictis notare uerba signis imbuens. "

À l'artisan des supplices qui demandait quel genre d'art connaissait cet homme si rebelle, avec son esprit hautain, on répond : " Il gouverne la troupe délicate et enfantine, lui enseignant à noter les mots avec des signes conventionnels.

Le supplice commence. Je passe. Les écoliers humilient le maître.

“Reddimus ecce tibi tam milia multa notarum,
quam stando, flendo te docente excepimus.
Non potes irasci, quod scribimus ; ipse iubebas,
numquam quietum dextera ut ferret stilum.

" Voici que nous te restituons bien des milliers de notes, autant que nous en avons pu en prendre, debout, pleurant, quand tu enseignais. Tu ne peux te fâcher que nous écrivions ; c'est toi-même qui ordonnais que jamais notre main droite ne tienne un style inactif



Un dictionnaire Larousse affirme froidement sur Cassien : « Patron des sténographes, des maîtres d'école chahutés et des villes d'Imola et de Bressanone, saint Cassien est fêté le 13 août ». Il n’est peut-être pas tout-à-fait plausible que telle ou telle autorité ecclésiastique ait cru bon de doter d’un saint patron les « maîtres d’école chahutés », sous-catégorie peu reluisante.

En revanche, saint Cassien d’Imola est bel et bien le patron céleste des sténographes, ou, pour être plus précis, des sténographes italiens.

En effet, en 1952, les sténographes (méthode Gabelsberger-Noe) réunis à Naples avaient demandé à Pie XII de leur attribuer un saint protecteur. Le pape accéda obligeamment à leur requête en fin d’année, en choisissant saint Cassien d’Imola. On trouvera ici le texte intégral de la lettre apostolique publiant cette decision, intitulée Sanctus Cassianus, martyr, tachygraphorum italicorum caelestis patronus eligitur.

https://www.intersteno.it/page.php/id_primario-6/id_secondario-216/language-inglese/

Large extrait :

« Cum enim, superiore anno Neapoli conventus italicae actuariorum societatis, cui "Gabelsberger Noe" est nomen, ageretur, omnes qui affuerunt, una sententia Sanctum Cassianum, Martyrem, Patronum sibi statuerunt adoptare. Qui inclitus Christi atleta, in urbe Foro Cornelii magister fuerat, ut alt Prudentius (Perist. IX, 23-24), "verba notis brevibus comprenderecunta peritus raptimque puctis dicta praepetibus sequi"; sed cum nollet a suprema veritate desciscere, a puerorum turba, quos in honestae huius artis exercitationem docuerat adhibere stilos, his ipsis est, multiplici illato vulnere, impie necatus. Preces igitur ad Nos admote sunt ut tantum virum tachygraphis ex Italia caelestem contitueremus Patronum: quas, Ordinarii Neapolitani commendatione suffultas, libenti animo censuimus admittendas. Quocirca, audito Venerabili Fratre Nostro Clemente Sanctae Romanae Ecclesiae Cardinali Micara, Episcopo Veliterno as Sacrae Rituum congregationi Pro-Praefecto, certa scientia ac matura deliberatione Nostra deque Aposolicae potestatis plenitudine, harum Litterarum vi perpetuumque in modum Sanctum Cassianum, Martyrem, tachygraphorum italicorum caelestem apud Deum Patronum eligimus, facimus, renuntiamus, omnibus adiectis honoribus ac privilegiis liturgicis quae coetuum Patronis rite competunt ».


Sur Cassien de Tanger / Tingis, voir mon autre post.


Dernière édition par mttiro le Mar 14 Mai 2019 10:39 am; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Lun 13 Mai 2019 5:46 pm    Sujet du message: Cassien de Tanger Répondre en citant

Dans le Peristephanon, Prudence offre l’hymne 4, en l’honneur des 18 saints martyrs de Caesaraugusta (Saragosse), car Prudence est né en Espagne, et est fier des martyrs d’Hispanie.

Quatre vers mentionnent un Cassien, qui n’est pas à confondre avec notre désormais bien connu Cassien d’Imola.

Ingeret Tingis sua Cassianum,
festa Massylum monumenta regum,
qui cinis gentes domitas coegit.
ad iuga Christi.

Une traduction possible est :

« Tanger, mausolée solennel des rois massyliens, présentera les cendres de son enfant Cassien, qui soumit en foule les païens au joug du Christ ». Cette traduction est confrontée à une alternative de Carcopino dans l’article de Raymond Thouvenot sur les origines chrétiennes de la Maurétanie Tingitane (REA, 1979) :
https://www.persee.fr/doc/rea_0035-2004_1969_num_71_3_3847

Il s’agit ici d’un certain Cassien de Tingis / de Tanger, qui aurait été décapité en 298, sous Dioclétien. C’est à vrai dire un personnage bien obscur. Voir :

https://wikivisually.com/wiki/Marcellus_of_Tangier#cite_note-3

Et voir :

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Cassian_of_Tangier

On y lit :

« Cassian of Tangier is the martyr mentioned in a hymn by St. Prudentius, also called "Cassian of Tangiers". He was a court recorder at the trial of St. Marcellus the Centurion. Aurelius Agricola, deputy prefect in the Roman province in North Africa, conducted the trial. When the death penalty was imposed on St. Marcellus, Cassian threw down his pen and declared that he was a Christian. He was arrested immediately and put to death .

Si on consulte la vie de saint Marcel le Centurion ici (saints du jour pour le 30 octobre)
http://www.saintpatrickdc.org/ss/1030.shtml#marc
on lit cette synthèse (sources indiquées in fine) :

« Marcellus of Tangier M (RM)
(also known as Marcellus the Centurion)

Died 298. During the festivities held by a Roman legion at Tingis (Tangiers) in celebration of Emperor Maximian's birthday the centurion Marcellus, regarding such festivities as idolatrous, refused to sacrifice to the gods. He threw off his military belt and tossed away his arms and vine-branch, the insignia of his rank. When the festival was over, he was brought before a judge named Fortunatus. When questioned, Marcellus declared, "I serve only the eternal king, Jesus Christ."
Fortunatus remanded Marcellus to lay his case before Emperor Maximian and Constantius Caesar, who was then in Spain and favorably disposed to Christians. Instead Marcellus taken under guard before the deputy praetorian prefect, Aurelius Agricolan, who was then at Tangier.

After an exchange between the two that is still preserved, Marcellus pleaded guilty to repudiating his allegiance to an earthly leader, and was executed by sword for impiety.

It was afterwards said that the official shorthand writer, Saint Cassian, was so indignant at the sentence that he refused to report the proceedings, and that he too was executed in consequence. In all probability this is a fictitious addition to the authentic account of Saint Marcellus, though there seems to have been a martyr at Tangier named Cassian.

The relics of Saint Marcellus were translated to León, Spain, were they are kept in a rich shrine. Marcellus is the patron of the city (Attwater, Benedictines, Delaney, Husenbeth) ».

Donc ce Cassien (de Tanger) aurait bien existé, mais on ne sait rien de certain sur lui, et on lui aurait attribué un comportement exemplaire par la suite, par remplissage biographique. Il aurait été le greffier du tribunal, donc nécessairement un sténographe, comme son homonyme Cassien d’Imola. Ceci fait un deuxième Cassien sténographe, quelque peu fantomatique.

Or Wikipedia en anglais ajoute sur ce Cassien de Tanger : « Cassian is the patron saint of modern stenographers ». Il ne peut s’agir que d’une confusion. En effet, nous l’avons vu, quand Pie XII a proclamé un Cassien patron des sténographes (des sténographes italiens, du reste), sa lettre a précisément fait référence à Cassien d’Imola, en citant un passage de Peristephanon 9, et non pas de Peristephanon 4.

Il faut tout de même que ces choses-là soient dites.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Lun 13 Mai 2019 6:16 pm    Sujet du message: Saint Genès Répondre en citant

Quand on cherche qui est le saint patron des sténographes, on trouve toutes sortes de choses.

Par exemple on trouve saint Genès (Genest) / Genesius :
https://en.m.wikipedia.org/wiki/Genesius_of_Rome

Genès s’occupe d’une liste assez hétéroclite de personnes : « Genesius is considered the patron saint of actors, lawyers, barristers, clowns, comedians, converts, dancers, people with epilepsy, musicians, printers, stenographers, and victims of torture. His feast day is August 25 ». J’ignore quelles sont les sources de ce pot-pourri aventureux (« is considered » ; par qui ?).

De toute façon, comme le montre la suite de l’article, l’existence même de ce Genès fait problème. Il y aurait eu un confusion avec saint Genès d’Arles.
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Genès_d%27Arles
https://en.m.wikipedia.org/wiki/Genesius_of_Arles

« The Acts (Acta Santorum, Aug., V, 123, and Thierry Ruinart, 559), attributed to St. Paulinus of Nola, state: "Genesius, native of Arles, at first a soldier became known for his proficiency in writing, and was made secretary to the magistrate of Arles. While performing the duties of his office the decree of persecution against the Christians was read in his presence. Outraged in his ideas of justice, the young catechumen cast his tablets at the feet of the magistrate and fled. He was captured and executed, and thus received baptism in his own blood."« 

On retrouve le stéréotype du greffier indigné qui refuse de noter un texte ou une procédure indigne.

L’article de Wikipedia explique que ce saint Genès devint tellement populaire que, selon un auteur, il’essaima en quelque sorte en suscitait l’apparition de cinq autres saints Genès, dont Ginés de la Jara.
https://en.m.wikipedia.org/wiki/Ginés_de_la_Jara
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Lun 13 Mai 2019 6:19 pm    Sujet du message: Cassian Reporting Répondre en citant

Cassian Reporting is a court reporting company owned exclusively by women court reporters.


Our court reporters are Registered Professional Reporters, Registered Merit Reporters and Certified Realtime Reporters. We are highly skilled in medical and technical testimony as well as business litigation, insurance claims, construction litigation, and product liability cases. Our team has more than 100 years of experience between them, to ensure you the best reporting possible.

http://cassianreporting.com/about-us
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Lun 13 Mai 2019 6:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un farceur vend des « magnets » en l’honneur d’un patron des « court reporters » qui s’appelerait St. Eno.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Lun 13 Mai 2019 6:28 pm    Sujet du message: Saint Genès de Lyon Répondre en citant

J’ai trouvé également une confusion entre saint Genès le (prétendu) patron des sténographes et un Genès, évêque de Lyon au VIIe siècle...

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Genès_de_Lyon
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Lun 13 Mai 2019 10:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Iconographie de saint Cassien d’Imola

Tableau d’un disciple de Paul Troger, XVIIIe siècle, Vienne :
http://www.dommuseum.at/en/collections/diocesancollection/?o=43

Gravure allemande :
https://wellcomecollection.org/works/s5w5w9mt

Gravure :
http://www.introibo.fr/13-08-Sts-Hippolyte-et-Cassien

Gravure :
https://wellcomecollection.org/works/g94r72eb

La procession de saint Cassien à Bressanone (Brixen)
https://www.stol.it/Artikel/Chronik-im-Ueberblick/Lokal/Kassiansprozession-in-Brixen
https://www.suedtirolnews.it/unterhaltung/kultur/fest-der-dioezesanpatrone-kassian-und-vigilius-3
https://www.suedtirolnews.it/unterhaltung/kultur/hochfest-der-dioezesanpatrone-kassian-und-vigilius-in-brixen
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 14 Mai 2019 6:50 am    Sujet du message: Cassien chez Larousse Répondre en citant

Dzns le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (Larousse), Cassien a droit à cet article :

« CASSIEN (saint), fut maître d'école à Imola
et souffrit le martyre sous Dèce, ou, selon
d'autres, sous Julien l'Apostat, au ive siècle
de notre ère. Dénoncé comme chrétien, il
refusa de sacrifier aux idoles; et, comme on
savait que ses élèves avaient souvent eu à se
plaindre de sa sévérité, il fut exposé nu au
milieu de deux cents enfants, dont les uns le
frappèrent au visage avec leurs tablettes, les
autres percèrent sa chair de leurs stylets ou
tracèrent sur son corps des caractères san-
glanis. Cassien périt au milieu de cet affreux
supplice. La fête de saint Cassien, patron des
écrivains et des maîtres d'école, se célèbre le
5 août. On compte encore deux autres saints
du nom de Cassen; l'un, qui était greffier du
prétoire à Tanger, fut martyrisé en 298;
l'autre fut évêque d'Autun et mourut dans le
ive siècle. ».

Cassien est donc déjà patron des maîtres d’école (des instituteurs) quand Pie XII lui attribue en plus la charge des sténographes (italiens).


A comparer au traitement de l’Encyclopédie Larousse en ligne :

« Maître d'école, il refusa de se prosterner devant les autels païens. Arrêté dans sa classe, il fut condamné à être supplicié par ses propres élèves. Le récit de son martyre est rapporté par Prudence dans un hymne
(Peristephanon, 9) probablement écrit entre 401 et 405. Le récit de Prudence a inspiré une Passion en prose, qui fut elle-même remaniée et complétée par des copistes successifs.

L'historicité du martyre de Cassien a été mise en question : on a jugé peu vraisemblable qu'un magistrat romain condamne un professeur à être mis à mort par ses élèves. D'où l'hypothèse selon laquelle cette légende aurait été inspirée par l'épisode du maître d'école de Faléries chez Tite-Live (Histoire romaine, 5, 27).

Ceux qui croient en l'authenticité de ce martyre le placent sous Julien, après la promulgation de la loi contre les professeurs chrétiens en 362 ; mais cette datation est peu compatible avec la remarque de Prudence qui présente son récit comme une histoire de l'« ancien temps ». Aussi d'autres préfèrent-ils le situer soit en 250, soit entre 303 et 305, lors de la grande persécution de Dioclétien ; mais aucun indice précis ne vient à l'appui de l'une ou l'autre de ces suppositions.

Le culte de saint Cassien se diffusa en Italie pendant tout le haut Moyen Âge puis gagna le Tyrol.
 ».

Après ce traitement impeccablement sérieux arrive la finale étrange que j’ai déjà citée :

« Patron des sténographes, des maîtres d'école chahutés et des villes d'Imola et de Bressanone, saint Cassien est fêté le 13 août.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 14 Mai 2019 7:10 am    Sujet du message: Cassien et Le Pélerin Répondre en citant

En 1881, le journal Le Pélerin a publié en supplément une Vies des saints.

http://viedessaints.free.fr/vds/cassien.html

Deux observations.

(1) « Si l’on en croit le témoignage de certains chroniqueurs, saint Cassien aurait été évêque de Brescia. Chassé de son siège épiscopal par la persécution, il aurait été obligé de se retirer à Imola et il aurait ouvert une école, dans cette ville encore païenne. L’iconographie s’emparant de ces traditions confuses, a souvent représenté le saint avec les insignes épiscopaux, et la vieille gravure dont nous donnons le facsimile, fait intervenir un ange qui tient entre ses mains la palme et la mitre, signe qu’on n’attribue qu’aux pontifes martyrs.

Cependant nous croyons plus probable que la similitude de nom a fait confondre le martyr d’Imola avec un autre Cassien, évêque de Brescia, qui lui aussi a subi le martyre durant la persécution de Dioclétien« .

(2) « Saint Cassien, martyrisé durant la dixième persécution, pour avoir ouvert une école où il enseignait, avec les règles de la grammaire, les premiers préceptes de la religion chrétienne ; est le patron des maîtres chrétiens persécutés« .

Ainsi « maîtres chrétiens persécutés » serait devenu « maîtres d’école chahutés », ce qui est tout de même très différent. Comme quoi ce n’est pas uniquement aux époques anciennes que la transmission d’une information lui fait courir le risque d’une distortion.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 14 Mai 2019 7:50 am    Sujet du message: Répondre en citant

Tel autre site élargit le patronage de Cassien d’Imola : « Cassien, maître d’école à Imola, abandonné aux sévices de ses élèves, vers 250. Patron des maîtres d’école, des secrétaires, des tailleurs ». Le maniement des ciseaux est assimilé au maniement des stylets, les deux permettant la lacération.

D’autres disent, plus classiquement, que c’est saint Blaise de Sébaste qui est le patron des tailleurs d’habits. Une certaine fantaisie semble régner en la matière. Ce qui suit le confirme.

Tel autre confond notre Cassien avec un homonyme évêque d’Autun du IVe siècle, originaire d’Égypte, et fait de ce dernier le patron des maîtres d’école et des secrétaires.

D’autres disent que c’est Jean Cassien (le fondateur de Saint Victor à Marseille) qui est le patron des secrétaires.

Mais, comme saint Marc était selon la tradition le secrétaire de Saint Pierre, Marc est aussi le patron des notaires, des greffiers et des secrétaires.

Par ailleurs on me dit que c’est saint Nicolas qui est le patron des instituteurs. Saint Jean Baptiste de La Salle est le patron des enseignants.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 14 Mai 2019 7:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

Un sténographe italien (qui croit que Cassien d’Imola a été canonisé en 1952, et qui confond canonisation et béatification) fait part de sa déception.

« Professor Anna Maria Trombetti has written me that the fact that the protection of the Saint from Imola has been granted only to Italy makes us disappointed.

Professor Anna Maria Trombetti also wrote me as follows:

"In the case America has the intention, as Italy also has, of supporting a new initiative to reopen the case by the Congregation of Rites to obtain the extension of the canonical legitimacy for the benefit of the whole world of stenographers, you can count on the cooperation of all my colleagues." »

http://www.courtreportersmuseum.info/imola_history.htm

Voir des précisions de Mme Trombetti dzns un post plus loin.


Dernière édition par mttiro le Mar 14 Mai 2019 12:39 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 14 Mai 2019 8:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Saint Cassien d’Imola est vénéré au Tyrol, à cause de confusions faisant de lui un évêque d’une ville de la région.

Alban Butler, prêtre catholique anglais qui vécut dans le Nord de la France et rédigea une imposante collection de vies de saints, offre en note de sa notice sur le saint la précision suivante (édition selon la version originale de Butler, ensuite revue au XXe siècle : voir post suivant) :

« Baronius justly rejects the false legends which pretend that St. Cassian was banished from Sabiona, now Siben, a small ancient town in Tirol, in Germany, where these legends suppose the bishopric to have been originally placed, which, from the sixth century, is fixed at Brixen, a small city in the same province of Tirol, suffragan to Trent. Rubeus, the historian of Ravenna, confounds Brixen with Brescia in Lombardy. See the false acts of St. Cassian, published by Roschman, imperial librarian at Ins, who endeavours to defend their veracity in making him bishop of Siben; but he might be titular saint of the cathedral of Brixen without having been bishop or native of that country. See Vindiciæ Martyrologii Romani de S. Cassiano. Veronæ, 1751, 4to.« 

https://www.bartleby.com/210/8/132.html


Dernière édition par mttiro le Mar 14 Mai 2019 8:53 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 14 Mai 2019 8:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

Si on consulte l’édition des Lives (...) of the Saints de Butler, réédition 1990, revue par Thurston et Attwater au XXe siècle,
https://archive.org/details/ButlersLivesOfTheSaintsCompleteEdition

on y trouve cet ajout par rapport à la version originale de Butler :

« The passio of the martyr, printed in Mombritius, Sanctuarium, vol. ii, seems merely to be a prose resetting of Prudentius 's poem in Peristephanon, ix.

The stylus-prodding by schoolboys is probably a reminiscence of an incident in Apuleius (see P. Franchi de' Cavalieri, Hagiographica y p. 131) and bears a more than suspicious resemblance to the torture of St Mark of Arethusa (March 29). But of the historical existence of the martyr of Imola there can be no reasonable doubt. See Lanzoni, Le leggende di S. Cassiano d'Imola (1913) ; Didaskaleion, vol. iii (1925), pp. 1-44 ; and Delehaye in CMH., pp.
440-441 ».

Décidément, j’ai beau être devenu instantanément un érudit de la cassianologie générale, on en apprend tous les jours. La suite au prochain numéro.


Dernière édition par mttiro le Mar 14 Mai 2019 9:52 am; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 14 Mai 2019 8:59 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le feuilleton continue.

Dans l’édition révisée de Butler, on trouve cette notice :

« ST ARTEMAS, Martyr (Date Unknown)

We may fairly be satisfied that St Artemas has a just claim to be honoured as a saint. He was depicted and his name was inscribed in the mosaics which adorned the cupola of the ancient basilica of San Prisco near Capua. These mosaics, now unfortunately destroyed, were believed to date from about the year 500. We know also from the " Hieronymianum " that St Artemas was venerated, and is supposed to have suffered, at Pozzuoli, which is not very far from Capua. Beyond this we have no trustworthy information.

But at a late date a story seems to have been connected with his name that Artemas, though hardly more than a boy himself, was teaching other boys, that he was denounced as a Christian, and that he was stabbed to death by his pupils with their styluses (sharp-pointed instruments used for writing on wax tablets).

But this story is also told of St Cassian of Imola, and still earlier of St Mark of Arethusa ; and there can be little doubt that it has been borrowed from these sources and adapted to St Artemas in default of any more authentic details concerning him.

See the Acta Sanctorum for January 25 ; and Pio Franchi de' Cavalieri in Studi e Testi, vol. ix, p. 68 ».

C’est le père Delehaye (1859-1941), bollandiste éminent, qui a opéré le rapprochement entre Cassien d’Imola et Artemas de Pouzzoles.
https://archive.org/details/hagiographica00goog/page/n134


Dernière édition par mttiro le Mar 14 Mai 2019 9:51 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 14 Mai 2019 9:11 am    Sujet du message: Répondre en citant

Voici maintenant d’après Butler révisé le cas de saint Marc d’Aréthuse.

« The Eastern churches commemorate on this day St Mark, Bishop of Arethusa on Mount Lebanon.
[...]
During the reign of the Emperor Constantius, Mark of Arethusa had demolished a heathen temple, and had built a church and made many converts to the Christian faith. He had by so doing incurred the resentment of the pagan population who, however, could take no revenge whilst the emperor was a Christian.

Their opportunity came when Julian the Apostate succeeded to the throne and enacted that those who had destroyed heathen temples must either rebuild them or pay a heavy fine. Mark, who was both unable and unwilling to obey, fled from the fury of his enemies, but upon learning that some of his flock had been apprehended he returned and gave himself up.

The old man was dragged by the hair through the streets, stripped, scourged, thrown into the city sewer, and then handed over to the tender mercies of schoolboys to be pierced and torn by their pointed iron styles or pens.

They bound his legs with cords so tight as to cut his flesh to the bone and screwed off his ears with small cord. Finally they smeared him over with honey and, shutting him in a kind of cage, hung him up at midday in the heat of summer to be the prey of wasps and gnats. He was so calm in the midst of his sufferings that he derided his tormentors for having raised him nearer
heaven whilst they themselves were grovelling upon earth.

At length the fury of the people was turned to admiration and they set him free, whilst the governor appealed to Julian for his pardon. The emperor eventually consented, saying that it was not his wish to give the Christians any martyrs.

Even the pagan rhetorician Libanius seems to have realized that the cruelty which evoked such heroism only lent strength to the Christian cause, and he implored the persecutors to desist.

Then we are told by the historian Socrates that the people of Arethusa were so much impressed by the bishop's fortitude that they asked to be instructed in a religion which was capable of inspiring such resolution, and that many of them embraced Christianity. Thus Mark was left in peace to the end of his life and died during the reign of Jovian or of Valens.
[...]

See the Acta Sanctorum, March, vol. iii ; and Delehaye, Synax. Constant., pp. 565-568 ».
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com