Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Duployé: les adaptations à la langue anglaise
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> J'ai / Je cherche
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Axel



Inscrit le: 04 Juin 2006
Messages: 1

MessagePosté le: Dim 04 Juin 2006 10:23 pm    Sujet du message: Duployé: les adaptations à la langue anglaise Répondre en citant

Je viens de lire une opinion très défavorable sur l'adaptation du système Duployé à la langue bulgare. L'adaptation à l'espéranto, que j'ai sus la main, n'est pas bone non plus...

Qui peut montrer, comment la sténo D. fonctionne pour l'anglais ou bien pour l'allemand aussi ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Duployean



Inscrit le: 21 Mai 2006
Messages: 137

MessagePosté le: Lun 05 Juin 2006 10:33 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour Axel,

De quelle sténo Duployé parlez-vous ? Si c'est de la sténo Duployé originale, les adaptations à l'anglais sont très anciennes et sont le fait de Canadiens :

- Celle du Père Lejeune. Ouvrage introuvable.

- Celle de Denis-Romulus Perrault :

Dictation exercises: superior course (Perrault-Duployan). 2e éd. Montréal, s.n., 1910, c1907. 16 p.

Reading exercises: superior course (Perrault-Duployan). 2e éd. Montréal, s.n., 1910, c1907. 8 p.
Réimpression: 1915.
Approbation: 1949 (EP, 1, 9, sept. 1949, p. 84).

Fifteen hundred stenographic abbreviations (grafted on Perrault-Duployan): a precious book to stenographers who have to do fast writing, and very valuable to teachers and students. 3e éd. Montréal, s.n., 1911. 62 p.
Réimpressions: 1919, 1934, 1942, 1947, 1960.
Approbation: 1949 (EP, 1, 9, sept. 1949, p. 84).

Reading exercises for the elementary course (Perrault-Duployan). 6e éd. Montréal, s.n., 1915, c1907. 8 p.
Réimpression: 1919.
Perrault-Duployan complete elementary course of stenography in six lessons: an improved system arranged specially for the use of those desirous of acquiring the art with or without the aid of a teacher. 6e éd. Montréal, s.n., 1918, c1907. 52 p.
Réimpressions: 1924, 1933, 1940, 1948, 1956, 1959.
Approbation: 1949 (EP, 1, 9, sept. 1949, p. 84).

Superior course of stenography. 4e éd. Montréal, s.n., 1918, c1907. 39 p.
Réimpressions: 1931, 1938 (7e éd.), 1938 (8e éd.).
Approbation: 1957 (CCCIP, 15.05.57, p. 158).


Ces adaptations ne sont plus éditées et sont quasiment introuvables en France. Le seul moyen de s'en procurer sera par le biais d'Abebooks.




Je connais au moins dix adaptations différentes de la sténo Duployé. Certaines ont connu des succès fulgurants en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et au Canada à la fin du XIXe siècle :

- Sloan-Duployan Shorthand, dont la dernière édition remonte à 1961. Extrèmement connue dans le monde anglo-saxon. Très rapide et concise, mais très différente de la version française.

- Pernin's Phonography, qui eut son heure de gloire aux USA mais qui fut détronée par le système Gregg. C'est une très mauvaise adaptation du système, Pernin n'ayant pas assimilé le principe de base du système Duployé :"les consonnes sont fixes ; les voyelles sont mobiles."


Si vous parlez de la métagraphie codifiée, qui est la seule version enseignée en France depuis 1950, et que tous les duployens du forum pratiquent [ Personnellement, j'essaie de m'y tenir, même si j'ai appris la version de Jean-Baptiste Estoup, qui était légèrement différente avant la codification du système].

- Adaptation à la langue anglaise. Ch. Nann. Ed. Payot, Lausanne.
- Adaptation à la langue allemande. Palud. Ed Payot, Lausanne.

Ces deux ouvrages ne sont plus édités, mais je pense qu'on peut toujours se les procurer sur le site suisse.

La sténographie n'est pas une science, c'est un art pratique. Votre affirmation de départ ne tient pas. Qu'est-ce qui est adapté ? Quels sont les principes retenus pour l'adaptation ? Que privilégie-t-on ? La vitesse ? La lisibilité ? Il ne peut pas y avoir de réponse univoque à ces questions.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Duployean



Inscrit le: 21 Mai 2006
Messages: 137

MessagePosté le: Mar 06 Juin 2006 5:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Voici des scans pour illustrer ces adaptations :


Perrault-Duployé :





Sloan-Duployan shorthand :




L'adaptation de Sloan était enseignée dans les pays anglo-saxons à des anglophones qui n'avaient aucune connaissance du français. Elle diffère en de nombreux points du système original de Duployé. Elle fait appel aux signes renforcés, principe que l'abbé Duployé et ses élèves ont toujours écarté. Elle est très rapide. Les records de prise se situent vers 300 m/m (exagéré, je pense, mais les sytèmes Pitman et Gregg se targuaient d'atteindre de telles vitesses).

Je n'arrive pas à mettre la main sur l'ouvrage de Nann. Si quelqu'un l'avait, je lui saurait gré de poster un scan.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 09 Juin 2019 6:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Denis R. Perrault

Perrault-Duployan Complete Elementary Course of Stenography in Six Lessons, 20ème édition révisée, 1940, réimpression 1965.

En ligne ici (copie payante) :

http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/1988503

La 6ème édition, 1918, est en ligne ici (téléchargement libre) :

https://archive.org/details/cihm_990751/page/n6


Dernière édition par mttiro le Dim 09 Juin 2019 6:46 pm; édité 2 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 09 Juin 2019 6:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sloan-Duployan (adaptation de Duployé à l’anglais par John M. Sloan) en séries de vidéos avec images fixes...

https://m.youtube.com/channel/UCZB_6KLsJhD2m1jpDKrp42g
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Jeu 04 Juil 2019 1:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je viens de me procurer l’ouvrage suivant :

Ch[arlotte] Nann
Cours de sténographie Duployé adaptée à la langue anglaise. 5ème édition. 47 pages. Payot, Lausanne, 1972. Format A5, 14,8 x 21 cm. La première édition doit dater de 1951, et a été quelque peu révisée.

L’ouvrage s’adresse à des personnes qui connaissent déjà la Duployé métagraphique (codifiée même, j’imagine) pour le français. C’est pourquoi il est extrêmement succinct, chose qui se justifie.

Il est annoncé, avec l’imprudence habituelle dans ce genre d’écrit, que « s’il est une sténographie française qui convient particulièrement à la langue anglaise, c’est la sténographie Duployé. Ce n’est pas par hasard que ce système a fait école en Angleterre ».

C’est la première fois que j’entends affirmer que la Duployé a connu le succès en Angleterre. C’est, pour être poli, une hyperbole caractérisée. La Duployé s’est répandue au Québec, oui, mais je n’ai jamais trouvé trace de ses exploits sur le sol britannique.

A la fin du livre on nous affirme même que « le système Duployé s’adapte aisément à toutes les langues », ce qui est une affirmation assez hardie, même si on comprend bien que « toutes les langues » veut dire en réalité un minuscule nombre de langues indo-européennes d’Europe.

Étant donné par exemple que l’espagnol castillan a un système vocalique à 5 voyelles, l’italien standard à 7, le français standard à 14/17 selon les approches, et l’anglais britannique standard à 20, on est d’emblée quelque peu sceptique quand à cette espèce de capacité élastique qu’on prête si généreusement à la Duployé.

La Duployé a été conçue pour le français, et, sans chercher la petite bête, avec une remarquable adéquation au système phonologique du français standard, car Émile Duployé était doté d’un assez bon sens phonologique. C’est déjà beaucoup.

Naturellement, je comprends parfaitement qu’il s’agit d’une adaptation, que cette adaptation s’adresse à des praticiens de la Duployé (française). C’est pourquoi je ne m’étonne pas, en particulier, de l’importation des 4 quarts de cercle des nasales, qui sont recyclés pour des séquences voyelle + n. L’élève va ainsi se retrouver en pays de connaissance. On trouve ça dans des adaptations canadiennes antérieures.

De façon anti-duployéenne, il y a 5 signes à renforcement. Mais leur emploi n’est pas obligatoire.

Ce qui est franchement troublant, en revanche, c’est le reste.

Les signes sont affectés aux voyelles de telle sorte que, pour un signe donné, on donne comme exemple des mots qui ont des voyelles différentes. Mme Nann reconnaît dans la Note initiale que « la phonétique n’est pas toujours strictement respectée ». C’est pour le moins une litote. Un anglophone natif a revu le texte de Mme Nan, mais je me demande quel contrôle il a bien pu exercer.

Quelques exemples.

Le petit cercle se trouve affecté à la notation des voyelles suivantes : celle de man, celle de ask, celle de rare, déjà trois phonèmes vocaliques différents (dont l’image graphique est certes <a>). Mais aussi de celle tough, et cela alors même que la voyelle de but (qui est la même que celle de tough, sauf en prononciation rapide) est notée différemment, avec le grand quart de cercle concave en bas, qui sert également à noter la voyelle de bird et de learn.

Pour la dernière série, peut-être faut-il considérer qu’on regroupe le son de la voyelle finale de China (ə) et de la voyelle longue ɜ:

Mais pour ce qui est du regroupement des exemples man, ask, rare, tough, j’avoue que je ne comprends pas. D’autant que, dans la même série, elle inclut l’exemple approval, et cela sans dire laquelle des 3 voyelles du mot est illustrée. C’est franchement déroutant.

Je m’étais pris à espérer que, faute de logique phonologique, il pouvait y avoir une logique graphémique. Mais ce n’est même pas ça.

La voyelle de game est notée avec le petit cercle muni d’une apostrophe. Mais la voyelle de say (qui est en principe la même que celle de game) est notée avec le petit demi-cercle concave en bas, de même que la voyelle de tell, qui diffère de celle de game et de say. J’entrevois ce que Mme Nann veut dire, mais ses exemples ne sont pas bien choisis, donc je me demande ce que l’élève peut tirer de ça au début.

Le grand cercle est apparié aux exemples suivants : go, not, word, tall, qui illustrent 4 voyelles différentes, 3 écrites avec un <o>, mais’ la quatrième non. Pour amplifier le désarroi du lecteur, Mme Nann y ajoute comme exemple love. Mais love a la même voyelle que tough, qui a été mis, on l’a vu, dans la série notée avec un petit cercle, en compagnie de ask, man, rare, approval. Pour ce qui est de word, il a la même voyelle que bird et learn, ce qui fait qu’on se perd en conjectures sur cette disjonction.

Il y a de quoi devenir fou.

Est-ce qu’une structure apparaît dans la suite, avec la pratique et la multiplication des exemples ? Il faudrait inspecter ça de près. Mais j’avoue être très mal prédisposé envers Mme Nann.

On m’affirme que « S’il en résulte que la phonétique n’est pas toujours strictement respectée, l’écriture ne perd rien de sa précision ni de sa lisibilité, au contraire ». Au contraire ?

Est-ce qu’un praticien chevronné de la Duployé française se trouverait rapidement en pays de connaissance au point de devenir facilement efficace avec cette Duployé anglaise ? Je l’ignore. Pour moi en tout cas, l’impression offerte est celle d’un amateurisme massif traversé par les incohérences. Mais il se peut que l’adaptation de Mme Nann offre des vertus cachées que je n’ai pas su détecter.

Le problème est peut-être que les quelques exemples allusifs qui sont donnés sont insuffisants pour comprendre la logique interne. Mais je dis ça pour être charitable. Je n’y crois pas trop.

Le problème avec des auteurs comme Mme Nann est que, apparemment, sa compréhension de la phonologie anglaise est déficiente au point d’en être erratique. Or, si les buts du sténographe dans sa pratique diffèrent évidemment des buts du phonéticien, en revanche, au stade de la *conception*, le créateur d’un système sténographique doit comprendre la structure phonologique de la langue dont il prétend vouloir noter les mots.

On peut être très charitable pour des auteurs anciens, disons, ceux qui opéraient vers 1850. Mais en 1951, des ouvrages décrivant l’anglais étaient disponibles. J’ai moi-même, en sixième, appris l’Alphabet Phonétique International utilisé dans le manuel Carpentier-Fialip, et cela en 1953. Mme Nann n’avait pas à y recourir, mais il fallait qu’elle comprenne ce qui se passe avant de concocter son adaptation. Et il importait pédagogiquement qu’elle comprenne, car sinon l’élève ne pouvait que se demander s’il devenait fou.

Quant à la caution anglaise de Mme Nann, Miss N. Goodbehere, on se demande en quoi a pu consister son apport dans l’établissement de ce pénible capharnaüm.


Dernière édition par mttiro le Ven 05 Juil 2019 8:42 am; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Ven 05 Juil 2019 8:39 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je poursuis l’examen de l’ouvrage de Charlotte Nann.

Les signes voyelles pour love, glove, mother (1ère voyelle), other (1ère voyelle) d’une part, et cut, mud, judge, club, bulk d’autre part, diffèrent, alors que tous ces mots ont le même phonème vocalique.

Je suis incapable d’en saisir la raison.


Même phénomène de disparité pour les séries suivantes :
game, safe, place, engage, take, make, same
vs.
aim, stay, wait, away, obtain (on leur attribue le même signe que : let, cheque, hotel [2ème voyelle])

Y a-t-il une raison tenant aux configurations graphiques ? Je ne pense pas, sinon pourquoi traiter game et aim différemment, puisque le contexte droit est le même ?


Par ailleurs, sauf à la fin, les exercices n’ont pas de corrigés. L’ouvrage est donc peu utilisable pour l’apprentissage sans maître.


J’avoue être très déçu par ce traité.

J’ai conscience de la difficulté de l’entreprise, car, malgré les proclamations contraires, il est faux que l’on puisse adapter la Duployé française à l’anglais en trois coups de cuiller à pot. Les systèmes vocaliques diffèrent trop pour qu’une adaptation ne nécessite pas des réflexions poussées.

Je ne peux dissimuler mon sentiment qu’il a été conçu d’une façon très rapide et amateuriste.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Ven 05 Juil 2019 3:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Pour d’autres adaptation de la Duployé à l’anglais, voir mon post du 30 novembre 2011 ici :

http://forumsteno.vosforums.com/apprendre-deux-stenos-t671.html
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 06 Juil 2019 8:58 am    Sujet du message: Répondre en citant

J’ai effectué une comparaison de la notation des voyelles anglaises dans le système de Perrault et dans le système de Nann.

Il est clair que le premier sait fondamentalement de quoi il parle, tandis que, au vu des listes hétéroclites et incohérentes d’exemples qu’elle déroule, la deuxième ne donne pas l’impression de comprendre la structure du système des sons qu’elle est censée noter.

Il y a une leçon générale à tirer de ça. Je suis sûr que Mme Nann était une bonne sténographe. Il est très possible aussi qu’elle ait bien enseigné la Duployé française. Malheureusement ça ne suffit pas pour *concevoir* une bonne adaptation de la Duployé à l’anglais.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 06 Juil 2019 7:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

The Sloan-Duployan Phonographic Instructor, 14ème édition.

On arrive à dénicher cet ouvrage sur Internet, parce qu’un exemplaire a appartenu au grand poète portugais Fernando Pessoa (voir Utilisateurs célèbres de la sténographie). Il est numérisé sur le site de la Bibliothèque Pessoa :

http://bibliotecaparticular.casafernandopessoa.pt/6-11/2/6-11_master/6-11_PDF/6-11_0000_1-56_t24-C-R0150.pdf

Il est téléchargeable.

On peut ainsi comparer les anglicisations de Perrault, de Sloan, de Joseph Amable Manseau (Phonography Made Easy, Montreal, 1878), et aussi de Pernin (dont Duployean n’a pas dit du bien sur ce forum : voir son post de 2006 plus haut, avec son argument rédhibitoire), toutes accessibles sur Internet. Celle de Mme Nann n’y est pas.

Sloan a recours au principe anti-duployéen du renforcement.

J’ai peut-être été trop négatif sur l’affirmation de Charlotte Nann selon laquelle la sténographie Duployé a connu le succès en Angleterre. L’ouvrage de Sloan a été publié en Angleterre, et non pas au Canada. John Sloan, dont je ne sais rien pour le moment, était basé à Ramsgate, à la pointe du Kent. Reste à déterminer l’ampleur de l’impact de la Duployé dans un pays où la Pitman régnait aussi largement.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 06 Juil 2019 9:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les sténographies duployéennes anglaises de Perrault, Manseau, Sloan ne sont pas intégralement phonographiques, malgré l’affirmation de leurs auteurs.

En effet, on observe que les lettres <a> en début de mot correspondant à une voyelle centrale inaccentuée /ə/ sont notées avec le petit rond qui correspond à /æ/.

Ainsi dans : addition (Manseau), aglow, across (Perrault), aloof, agree, alarm, attacked (Sloan), et de même chez Sloan dans la 2ème voyelle de cavalry. Même chose chez Charlotte Nann (allow).

Ces systèmes n’ont pas prévu de signe apparié à /ə/, qui est pourtant le phonème vocalique le plus fréquent en discours (comme token), en partie à cause de l’article indéfini a / an, mais pas uniquement.

Les 3 systèmes notent des /r/ dans des positions où ils sont prononcés en anglais canadien, mais pas en anglais britannique standard (Sloan). Ceci se justifie très bien même pour l’anglais britannique, car c’est pratique dans une visée sténographique.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 660
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Dim 07 Juil 2019 1:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bonjour,
Pour enrichir la liste des adaptations de la méthode Duployé à la langue anglaise, je vous signale un ouvrage datant du 3e trimestre 1982 : il s’agit d’une brochure dactylographiée, donc non imprimée, rédigée en français et diffusée par les ex-publications ESTOUP, dont l’auteur est cité sous le nom de M.-J. BRIGNONE, avec la collaboration de Mme Audie-Mogeville, professeur d’anglais au C.F.P.T et au lycée de Cachan (92). Le titre en est : Cours de sténographie -Duployé fondamentale- Anglaise. L’ouvrage dispose d’un ISBN : 2-85016-004-0, et fait 82 pages.

Il s’agit donc d’une adaptation à l’anglais de la méthode Duployé « fondamentale », et non de la métagraphie. C’est là une originalité intéressante, et représente peut-être la seule tentative faite à partir de la « fondamentale ».

L’auteur cite d’autres personnes ayant édité des adaptations à l’anglais, mais à partir de la métagraphie : MM. Richet, Morard, Houry, Begue, Mme Henry…

Ces adaptations, me semble-t-il, s’adressent à des sténographes français ayant déjà appris la sténo Duployé en français, et qui voudraient la réutiliser dans une autre langue ; je ne suis pas sûr que ces méthodes puissent être directement apprises par un locuteur anglais (même connaissant le français) qui voudrait apprendre une sténographie.

En ce qui concerne la méthode de Mme M.-J. Brignone, la base phonétique du système Duployé est conservé, seuls les procédés abréviatifs, comme les finales, sont adaptés aux sons anglais. Quelques signes classiques sont altérés (ajout d’une sécante, par exemple) ou quelques signes nouveaux sont créés pour correspondre à des sons inconnus en français. De plus, somme on pouvait s’y attendre, une liste d’abréviations est proposée en fin d’ouvrage.

Je crois que cette méthode a été pensée pour permettre aux pratiquants de la Duployé de passer du français à l’anglais sans confusion dans les signes, ceux spécifiques à l’anglais ne se retrouvant pas en français sous la même forme.

Bien que je ne l’aie pas personnellement pratiquée, cette méthode me paraît assez intelligemment faite pour atteindre le but souhaité (c’est-à-dire donner à des sténographes confirmés un moyen facile et rapide de s’adapter à l’anglais), tout en restant très proche du français qu’elle s’attache avant tout à ne pas dénaturer.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 07 Juil 2019 3:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci beaucoup pour cette information. J’ai rencontré le nom de Brignone, qui ne m’est donc pas du tout inconnu, mais je n’avais pas connaissance de cette publication. Je suis également frappé par le nombre d’auteurs dont vous rapportez la liste d’après elle.

Je suis en train d’essayer de faire une petite comparaison entre le stock de signes de base proposés par Perrault et par Sloan dans leur Duployé anglaise. A première vue, rapidement, j’ai l’impression que Sloan colle un peu mieux à la phonologie anglaise. Mais je n’aime pas trop son recours au renforcement. Nann est la plus pauvre des 3 systèmes, mais surtout je ne comprends pas ses principes de correspondance phonèmes / signes. Maintenant elle a peut-être d’autres vertus qu’on ne peut apprécier qu’en allant plus loin.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 07 Juil 2019 3:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sur Mme Brignone :

http://forumsteno.vosforums.com/brignone-minigraphie-ou-ecriture-eclair-t593.html
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Mar 09 Juil 2019 10:16 am    Sujet du message: Répondre en citant

On peut lire en ligne les deux publications suivantes de Denis Romulus Perrault :


Elementary and Superior course... (les deux ensemble ; la première partie est aussi consultable séparément ailleurs, d’où elle est téléchargeable : voir plus haut)

http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/1988503


Fifteen hundred stenographic abbreviations...

http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/1988495


Je crois qu’on ne peut pas les télécharger gratuitement, mais on peut au moins les consulter gratuitement.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> J'ai / Je cherche Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com