Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Cordeil-Le Millin, MERAS, écriture abrégée, 1992-

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Autres systèmes
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Jeu 09 Mai 2019 2:29 pm    Sujet du message: Cordeil-Le Millin, MERAS, écriture abrégée, 1992- Répondre en citant

Ysabelle Cordeil-Le Millin
La Prise de notes efficace, 2e édition, Dunod, 2012

Ysabelle Cordeil-Le Millin a créé en 1992 la méthode MERAS, Méthode d'Ecriture Rapide Abrégée et Simplifiée. C’est donc une méthode encore plus récente que le SFEA et la Teeline anglaise.

Il s’agit d’une écriture abrégée dans la même famille technique que le SFEA, dont elle est manifestement inspirée.

Il est possible de consulter sur Google Books un petit nombre de pages du livre référencé ci-dessus, ce qui permet d’avoir une idée de la méthode. Dans la mesure où on peut se former une image fiable à partir d’un échantillon aussi limité, la MERAS ne semblerait pas atteindre le même niveau que le SFEA.

Dans l’extrait consultable en ligne, on constate que l’auteur nourrit des idées très confuses sur les sons et la graphie, mais en l’occurrence ce n’est probablement pas trop grave pour l’apprenant dans la pratique.

L’extrait lisible montre qu’un sort différent est attribué aux majuscules et aux minuscules, mais le principe d’opposition n’est pas facile à deviner.

Le site de l’auteur est :
http://www.meras-prisedenotes.com/index.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 649
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Jeu 09 Mai 2019 3:55 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les exercices audio proposés sur le site ne vont pas plus loin que 55 mots/minute. Cette méthode peut-elle faire mieux, ou se contente-t-elle de cette vitesse limite, ce qui représente déjà deux fois la vitesse d'écriture en toutes lettres ? A voir. Pour la plupart des étudiants, cela peut suffire.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Jeu 09 Mai 2019 4:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis bien d’accord que, pour des usages courants, surtout ceux qui ne nécessitent en général pas un respect strict des propos tenus, même par morceaux, doubler la vitesse d’écriture courante est déjà une aide très importante.

C’est certainement une carence de notre enseignement que les techniques de prise de notes, et aussi les techniques de mémorisation, de croquis, de raisonnement, soient, au mieux, reléguées aux marges. En tout cas dans les filières classiques, on continue à enseigner avec une minutie maniaque (et parfois d’une rigidité franchement excessive) la tradition de la dissertation en trois parties (voire en 3 x 3), et on néglige des outils intellectuels d’une utilité plus importante et plus générale.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Ven 10 Mai 2019 7:29 pm    Sujet du message: MERAS Répondre en citant

Sur le site de MERAS, on peut avoir gratuitement des dictées jusqu’à 55 mots / minutes. Mais il existe aussi des dictées plus rapides (voir en bas), soir 60 à 75, puis 80 à 100.

http://www.meras-prisedenotes.com/audiofr.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 649
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Ven 10 Mai 2019 10:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

En effet, je n'avais pas vu les autres dictées. Dans ce cas, cette méthode est équivalente au SFEA. J'ai vu qu'une nouvelle édition est sortie en 2013, peu coûteuse. Je pense que ça vaut le coup d'y jeter un œil, ne serait-ce que pour comparer.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 649
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Ven 17 Mai 2019 6:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Par curiosité, je viens d'acquérir cette méthode MERAS®. Elle se compose en fait de deux volumes vendus séparément : le premier détaille le système d'écriture rapide, le second traite du principe même de la prise de notes et des diverses manières efficaces de prendre des notes en général. Le second volume est assez bien fait et les conseils sont précieux. Quant au premier, comme je le supposais, ce n'est qu'un mélange de méthode Limousin et de SFEA, bien évidemment sans citer l'une ou l'autre, même pas dans la biographie en fin d'ouvrage !
En fait, le parti pris de cette méthode a été de donner un maximum d'abréviations (plus de mille trois cents), alors que le SFEA se contentait prudemment d'environ deux cents. Certes, la méthode MERAS® insiste sur le fait que l'on peut piocher dans cette liste uniquement les abréviations qui nous conviennent, mais le fait est que la vitesse est essentiellement obtenue par l'utilisation de ces abréviations.
Sans être mauvaise langue, on peut cependant trouver des avantages à cette méthode d'écriture rapide : on peut la trouver facilement en librairie, son coût est très modique et à la portée du plus grand nombre, elle ne semble pas plus difficile à apprendre que la méthode Limousin ou le SFEA (sauf si on veut apprendre un maximum d'abréviations). En plus, la seconde édition (mars 2012, avec un retirage en août 2018) est complétée d'une adaptation à l'anglais et à l'espagnol (je présume qu'une adaptation à l'allemand et à l'italien ne saurait tarder). Elle semble donc tout à fait efficace pour le but qu'elle vise.
Comme je suppose que les manuels de SFEA vont rapidement disparaître du marché, cette méthode MERAS® va donc bientôt être la seule méthode d'écriture rapide trouvable facilement en librairie.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Sam 18 Mai 2019 5:35 am    Sujet du message: Dumain Répondre en citant

Le hasard veut que j’aie hésité à me procurer cette méthode MERAS sous forme numérique, notamment après avoir vu qu’elle contenait une adaptation à l’anglais. Pour l’espagnol, ça m’avait échappé.

Je ne l’ai pas fait pour le moment, en revanche j’ai commandé :
Système français d'écriture abrégée - Méthode Jacqueline Dumain, Picard-Fontaine.

En effet, si j’ai le livre de Mme Limousin (1974), je n’avais pas le version révisée de 1994. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi ma commande s’appelle Méthode Jacqueline Dumain au lieu de SFEA. Ce n’est pas une autre variante du Limousin & Texier, tout de même ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Sam 18 Mai 2019 6:35 am    Sujet du message: Abréviations Répondre en citant

Vous indiquez que la MERAS propose 1300 abréviations, contre 200 pour le SFEA.

A ce propos, je m’avise que, finalement je ne sais pas toujours ce que recouvre le mot « abréviation » dans une méthode donnée. C’est assez attendu au fond, parce que, comme il n’y a pas de « tachygraph-ologie » générale avec une terminologie reconnue, chacun utilise les termes qui lui apparaissent pratiques. C’est normal, quelqu’un qui veut apprendre une méthode ne s’occupe que rarement des autres méthodes.

Ça peut recouvrir une façon compactée de noter un mot, et ça peut aussi recouvrir la façon dont, dans un système, on note un sigle comme SNCF (voir rubrique Pour tous les systèmes / Abréviations Sigles là-dessus). Voir aussi : Pour tous les systèmes / Divers / Abréviations de phrases.

Sauf erreur :

Un mot peut être écrit intégralement au sens de la méthode considérée. Intégralement n’impliquant pas que tous les sons (phonèmes) soient graphiquement notés de façon individuelle, comme dans la Duployé intégrale. Il suffit qu’une convention adéquate (par exemple le principe des incompatibilités matérielles dans la Prévost-Delaunay) permette la récupération intégrale de la suite des phonèmes.

Un mot, spécialement s’il est long, peut être abrégé, soit par omission de phonèmes intérieurs (au-delà de l’application d’un principe général comme l’omission des voyelles internes), soit par troncation du mot par suppression d’un ou de plusieurs phonèmes de la fin, soit les deux. Cet abrègement peut se générer par une règle s’appliquant systématiquement à tous les mots de la même classe (par exemple ayant la même terminaison), ou bien être un rétrécissement propre à tel mot, à apprendre par cœur.

Enfin un mot entier peut être noté par un seul signe, un logogramme. C’est ce que, dans le système Pitman, on appelle un « grammalogue ».

Si je consulte Reynolds, English and Shorthand Dictionary, New Era Edition (sur archive.org), gros dictionnaire anglais > sténogramme Pitman (révision New Era, 1922), je trouve à la vue 842/882 une liste des grammalogues. L’effectif monte à environ 200. Le choix de ces grammalogues est parfois un peu étonnant, par exemple « northern », « opportunity », « wonderful / wonderfully ».

S’y ajoute une courte liste d’environ 200 « contractions ». Exemples : destructively, familiarization, everything, immediate, perpendicular, January, legislative.

Puis une très brève liste d’environ 25 « phrase logograms » (phrase = groupe de mots), tels que « did not », « have been », « they are », « which have ».

L’ensemble de ces sténogrammes simplifiés est donc en-dessous de 500.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Sam 18 Mai 2019 8:13 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le second volume d’Ysabelle Cordeil-Le Millin, dont j’avais noté l’existence, j’avais compris qu’il était indépendant de l’autre, parce qu’il ne concernait pas l’utilisation d’une écriture abrégée.

Est-ce une erreur d’interprétation ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Sam 18 Mai 2019 11:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour la méthode MERAS, on annonce ceci : « La vitesse moyenne d'élocution est de 150 mots/minute. La vitesse utilisée par les assistantes en prise de notes est de 80 mots/minute. Avec MERAS® nous arrivons à atteindre 120 mots/minute« 

Pour le SFEA, on semble faire espérer ceci (Limousin & Texier) : « un rythme moyen de 80 mots-minute peut être aisément atteint ».

D’une manière générale, pour les tachygraphies comme pour beaucoup d’autres sujets, les nombres publiés me laissent sur ma faim.

Ce qu’on aimerait savoir, en particulier, c’est ceci. Sur 100 apprenants (persistants...) de la méthode M, au bout du temps de formation T (dans des conditions C spécifiées), quelle est la proportion P1, P2, ... Pn qui atteint respectivement les vitesses V1, V2, ... Vn, avec une lecture fiable suffisante (de manière plus ou moins quantifiable) effectuée après un délai D suivant le moment de la prise de notes ?

J’ignore si des études de ce genre ont été conduites. Jusqu’ici je n’en ai pas trouvées.

Sans même parler de la fascination pour les vitesses élevées, ou plus encore les records, l’annonce de moyennes (calculées comment ?) n’est pas si parlante que ça (surtout si la distribution est asymétrique). Ce qu’on aimerait connaître, ce sont les distributions.

Nous savons que, historiquement, bien des concepteurs de tachygraphies ont versé dans l’hyperbole, voire l’esbroufe. D’autres, sans se rendre coupables de rodomontades, semblaient hypnotisés par les minuscules super-élites de la sténographie parlementaire, absolument pas représentatives du niveau d’un honorable sténographe courant.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 649
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Lun 20 Mai 2019 9:34 am    Sujet du message: Répondre en citant

Concernant la méthode de SFEA de Mme Dumain, je crains que vous n'ayez une déception, car c'est la même chose que le Limousin et Texier, mais présenté différemment, avec d'autres exercicies. Le SFEA reste le SFEA, quelle que soit la présentation (ici qualifiée de "méthode") pédagogique.

Le livre de Mme Cordeil-Le Millin, intitulé "La prise de notes efficace pour étudiants", ne détaille pas le système d'écriture rapide, dont il est juste fait mention, mais donne d'excellents conseils sur la préparation, les différentes façons d'organiser ses prises de notes, et de nombreux trucs et astuces pour mieux retenir et s'organiser. Le livre qui détaille la méthode MERAS® s'intitule aussi "La prise de notes efficace", mais sans la mention "pour étudiants". Cette similitude de titres peut causer une confusion. Seuls les compléments de titres sont différents. D'autre part, le premier, pour les étudiants, est paru dans la collection Méthod'O, et l'autre, plus technique, dans la collection "efficacité professionnelle" des éditions Dunod.

Bien évidemment, il faut se méfier des vitesses annoncées. On n'a jamais mené d'études sérieuses sur les vitesses moyennes, et on préfère mettre en avant les vitesses acquises par des champions. Le SFEA reste modeste, et annonce 80 à 100 mm, ce qui me semble assez juste pour tout type de textes, mais seulement si l'on a eu une excellente préparation et que l'on en conserve un usage régulier.
150 mm pour la méthode MERAS® me paraît très exagéré, et ne me semble possible que dans des conditions très précises, sur un style de texte bien particulier et si on utilise toutes les abréviations proposées.

Ce terme doit être compris comme suit : certes, toutes les méthodes proposent, dans leurs règles de base, des procédés abréviatifs, mais ce qu'on appelle spécifiquement abréviations, ce sont des manières d'écrire qui échappent totalement aux règles, soit en supprimant ou modifiant les tracés de base, soit en inventant un signe totalement original.
Je me méfie beaucoup des systèmes qui proposent une multitude de ces abréviations, parce que l'effort de mémoire est trop important. Cela ne peut être intéressant que si vous écrivez toujours des textes sur les mêmes sujets (médicaux, juridiques, commerciaux...), auquel cas vous apprendrez toutes les abréviations spécifiques du domaine en question, et là, peut-être, pourrez-vous atteindre 150 mm. Mais il s'agit alors d'un usage vraiment professionnel, c'est-à-dire employé dans un vocabulaire limité.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Lun 20 Mai 2019 9:48 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour le livre de Mme Dumain, je ne devrais normalement pas être déçu, parce que, pour l’Écriture abrégée due à Mme Limousin, je ne connais que la version 1974 (je ne sais d’ailleurs pas où j’ai fourré ce livre et mes ouvrages de sténographie et de Speedwring...).

Ceci me permettra donc de connaître la version révisée SFEA 1994.

Pour les abréviations, votre prudence me paraît sage. Parfois le domaine des abréviations est le lieu des étrangetés. Je crois me souvenir que sur ce blog, il y a longtemps, j’avais envoyé un post pas très aimable sur une méthode de sténo censée être destinee aux secrétaires médicales, mais qui était truffée d’exercices avec des mots allant carrément vers le commerce. Et cela alors même que, apparemment, de très longs termes médicaux ne faisaient l’objet d’aucune abréviation. Abréviation normalisée, ça va de soi, car en matière de médecine, une erreur peut être fatale.

Les abréviations à prévoir sont évidemment très dépendantes du domaine. Toutes les listes de fréquence montrent à quel point, une fois sorti d’un stock de base, les mots les plus fréquents, même dans la zone des 1000 premiers, dépendent pas mal du domaine et du registre. L’empirisme des bons concepteurs de tachygraphies les guidait déjà, même si quelques-uns, au XIXe siècle avaient effectivement étudié la fréquences mots sur d’assez gros corpus.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 649
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Lun 20 Mai 2019 9:55 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour revenir sur le sujet des vitesses moyennes, je dirais que l’on peut arriver aux performances suivantes, en écriture rapide (et même en sténo), en fonction du travail fourni. Donc, en supposant que la formation a été bien faite :
- Pour une utilisation occasionnelle, il est facile de doubler sa vitesse d’écriture (40 à 55 mm)
- Pour tripler sa vitesse, il faut déjà un travail plus soutenu (60 à 80 mm)
- Pour quadrupler sa vitesse, c’est le travail quotidien d’un excellent élève assidu et acharné (90 à 120 mm)
- Pour une vitesse plus élevée, cela demande un entraînement d’athlète !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 889

MessagePosté le: Lun 20 Mai 2019 11:19 am    Sujet du message: Répondre en citant

Je me suis permis de recopier tel quel votre dernier post dans la rubrique :

Vitesse, diverses données
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Autres systèmes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2019 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com