Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La profession de sténographe

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 4:08 pm    Sujet du message: La profession de sténographe Répondre en citant

Voici un extrait assez long d’un article de Delphine Gardey (2010) sur la sociologie des sténographes parlementaires. On y voit l’apparition de dynasties, comme les familles Lagache, Grosselin, Estoup, Detot.

https://journals.openedition.org/sdt/13695


La maîtrise de l’art, on l’a vu, est à l’origine du métier et la condition essentielle du recrutement. À partir de 1873, est mis en place un concours dont les aspects techniques varieront peu jusqu’en 1999, avec des épreuves éliminatoires ayant pour fonction d’éprouver la virtuosité sténographique (l’épreuve du pupitre).

La virtuosité sténographique, initialement acquise dans la proximité d’un adepte d’une méthode, explique la présence, au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, de dynasties familiales parmi les sténographes parlementaires.Des fils ou neveux étaient instruits dès leur plus jeune âge aux gammes sténographiques, formés et présentés au concours à l’issue de plusieurs années d’un entraînement exigeant.

Le niveau technique demeure élevé jusqu’à la fin du xxe siècle, justifiant des années d’apprentissage. Cette technicité – mais aussi les qualités implicites requises pour devenir sténographe parlementaire – constitue un obstacle au recrutement à partir des années 1960 témoignant de ce que j’appellerai « l’entrée en crise du système ».

Le cas de monsieur R., entré dans les années 1960 comme rouleur, devenu réviseur, puis directeur du service, est ainsi significatif de la période. Alors que le métier de secrétaire sténodactylographe bat son plein, les services de l’Assemblée ont beaucoup de mal à recruter les personnels qui les intéressent : des hommes d’un niveau d’instruction supérieur, prêts à consacrer plusieurs années de leur vie à apprendre la sténographie. Ce rédacteur, alors étudiant en langues, est informé par hasard de cette opportunité et des salaires extrêmement élevés réservés à ces fonctions et décide de postuler. Il est embauché comme stagiaire et formé pendant plusieurs années avant d’être présenté au concours.

Sous la tutelle d’un ancien, il apprend la sténographie « comme un jeu ». En trois mois, il devient capable de sténographier au rythme de 90 mots par minute. Le concours fixe la barre du recrutement à 180 mots par minutes et il lui faut près de cinq années d’entraînement, des heures de gammes par jour, un niveau qui chute dès qu’on arrête les exercices réguliers pour enfin réussir.

Qu’il s’agisse d’une socialisation familiale (ou par proximité) ou d’une socialisation par parrainage instituée (comme après 1965), le service fonctionne de façon à assurer les conditions techniques (et donc statutaires) de sa reproduction. La maîtrise technique est objective et objectivable, mais la multiplication des statuts intermédiaires (auxiliaires, stagiaires) permet d’entraîner des personnels choisis au-delà de leurs seules compétences techniques (pour leurs dispositions culturelles, sociales ou leur genre) tout en respectant l’obligation administrative du concours, condition de définition du statut de fonctionnaire.

C’est le paradoxe d’une fonction publique pour partie « familiale » ou « cooptée » qui s’apparente aux traits mis en évidence par les historiens à propos des personnels des ministères au xixe siècle. Une question essentielle pour les parlementaires administrant l’Assemblée (les questeurs à partir 1803) est en effet de garantir son indépendance par l’attachement de personnels qui lui soient propres. On assiste ainsi à la constitution d’une administration spécifique qui s’appuie sur des logiques de recrutement familial ou local, faisant apparaître des « féodalités encastrées » et contribuant à remettre entre les mains de groupes aux caractéristiques géographiques, sociales ou ici techniques délimitées, la gestion d’un bien commun.

On pourrait appeler ce phénomène « le syndrome des gardes suisses », en référence au Vatican, la différence étant qu’il ne s’agit pas de gérer une maison aristocratique (ou la maison du Pape) mais l’institution qui incarne la souveraineté populaire. Ainsi, l’accent essentiel mis sur la virtuosité technique contribue à reproduire un groupe de clercs, dont le recrutement est limité et contrôlé et qui se trouve pouvoir justement en tant que communauté restreinte (voire désuète) assurer un service public ainsi que la gestion d’un bien commun.


Dernière édition par mttiro le Sam 22 Juin 2019 4:14 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 4:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Voir aussi la vieille rubrique

Etre sténographe au sénat italien

http://forumsteno.vosforums.com/etre-stenographe-au-senat-italien-t701.html


Dernière édition par mttiro le Sam 22 Juin 2019 4:18 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 4:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Quelques données sur les épreuves de concours pour sténographes en France dans les années soixante.

(1) Recrutement de personnel administratif communal, France, 1962

Prise d'un texte pendant trois minutes en sténographie à la vitesse moyenne de 80 mots à la minute ou pendant deux minutes en sténotypie à la vitesse moyenne de 120 mots à la minute et transcription manuscrite (durée maximale : quarante-cinq minutes).

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070355&dateTexte=20180729


(2) Concours de recrutement de secrétaires sténodactylographie en allemand pour l’UE, à Bruxelles, 1967.

Prise en sténographie d'un texte dicté [en allemand], pendant 3 minutes, à la vitesse moyenne de 145 sylla­ bes par minute, et transcription dactylographi­ que de ce texte en 25 minutes ;

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=OJ:JOP_1967_052_0788_005&from=IT
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 4:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Un Américain s’interroge : comment se fait-il qu’il y a encore des sténographes (= des sténotypistes) à la Chambre des représentants à l’ère de la reconnaissance vocale, qu’il pense être bien supérieure ?

https://politics.stackexchange.com/questions/16380/why-are-stenographers-still-employed-and-present-within-many-governmental-chambe

Il finit par en demander la raison à un service de cette assemblée. La réponse :

I wasn't able to find an answer online, so I called the Office of the Clerk of the House to ask why they use stenographers instead of electronic recording devices. They gave me a list of reasons:

To preserve the decorum of the House.
House members like having a stenographer they can talk to about the record (to have something re-read, or to have their assistance locating materials in the record).
The use of electronic devices is limited in Congress. This is due both to security concerns and infrastructure.
With stenographers they have instant access to the record. With recording devices this may not be the case.
Some of these reasons seem better than others, but there they are "from the horse's mouth".


Un commentateur lui indique ceci :

The answer is simple.

Because the machine cannot guess who is talking. The stenographer sees who talks and writes down the name. (this should be enough)
Because, lots of times, the speakers speak without a mike (especially during a disagreement) and the machine doesn't record anything. The stenographer is there and listens and writes down.
Because the stenographer has to give the overall picture of what is going on in the parliament (voices, objection, applause, etc.). The machine cannot do that.
Because the minutes have some standard format in some cases. For example for the voting, you don't write what is being said, but you use a specific form to make clear what every party votes.
Because the speaker doesn't always speak perfectly and sometimes makes serious mistakes. Someone has to check the grammar mistakes or other mistakes in order to protect the speaker etc
But I agree that there is no reason for stenographers to keep the minutes by shorthand since there are recorders. Shorthand should be used only for interventions without a microphone.


Un autre dit :

Although voice recognition is very advanced nowadays (and available for various types of devices) there are still some technical problems related to correctly identifying all the words.

This article [lien mort vers la NCRA] tells us about some of these issues:

Difficulty identifying the correct word in the context of the sentence in which it's being used when there is another word that sounds similar (e.g., whether the user means "wear" versus "where")
Environmental variables such as background noise levels, machinery and other noises present in the workplace
Speaker variables including stress, emotion, speech quality and health
Differences such as accents and dialects
Of course, some of these problems can be tackled by using artificial intelligence / machine learning techniques (e.g. properly identification of word based on context), but some doubt still exists.

Another approach is to configure a very low tolerance (do not make assumption when the word is not very clear) and allow the computer to interrupt the speech and ask to repeat a phrase. Although this might provide very high confidence in speech recognition, it can be confusing for some persons.

This article also mentions some difficulty in properly recognizing fast speech, when words tend to be united (continuous speech as opposed to discrete speech):

Continuous speech recognition operates on speech in which words are connected together, i.e., not separated by pauses. It recognizes speech by analyzing words and the relationships between words (context). This is in contrast to discrete speech recognition where each word must be identified as an entity, i.e., as an individually identifiable unit without consideration for relationships between words. Because the latter requires that the speaker pause between each word, the words-per-minute output (approximately 150 per minute) is too low for use in many environments.
There can also be a juridical problem if the transcript is wrong in a way that clearly distorts the message. You cannot put the blame on the machine.

A possible approach is to have voice recognition operate with very few interruptions and have a human being review the text afterwards. Although a human being is able to review the text, there is a lack of feedback (cannot ask for clarification in a real-time fashion).

Conclusion: Possible reasons for not using voice recognition in official meetings are: technical limitations and/or juridical issues.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 4:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le dernier sténographe (au sens précis) américain au Sénat est Bill Mohr, qui est mort en 2014 à 95 ans.

Bill Mohr utilisait encore la méthode Pitman avec papier et crayon jusqu’à sa retraite, après 23 ans d’activité au Sénat (1966-1989) en 1989. Il opérait avec des rotations de 15 minutes.

https://www.capitolpagealumni.org/bill-mohr-senate-stenographer/


Dernière édition par mttiro le Sam 22 Juin 2019 4:57 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 4:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le premier sténographe « parlementaire » américain semble avoir été Thomas Lloyd (1756-1827), qui utilisait sa propre méthode (objet d’une publicat en 1793). Il a pris des notes pour le Premier Congrès continental et pour le discours de prise de fonction de George Washington en 1789.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 5:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les sténographes parlementaires irlandais, 1922-1992.

https://www.dail100.ie/en/debates-office/producing-the-official-report-in-the-age-of-shorthand/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 6:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dans certains domaines, le sous-continent indien offre à l’historien un conservatoire technique de la vieille Angleterre. En 1986, j’ai vu dans une banque indienne des employés manier un énorme grand livre de comptes qui évoquait irrésistiblement une scène d’un roman de Charles Dickens.

En Inde, la sténographie est en déclin, et les écoles ferment les unes après les autres. À Bangalore, il y avait 400 écoles en 2000, il n’en subsiste que 80 en 2016.

Mais cette agonie n’a pas encore abouti à la mort en 2019.

http://timesofindia.indiatimes.com/articleshow/50432809.cms?utm_source=contentofinterest&utm_medium=text&utm_campaign=cppst


Subsistent en Inde, au Pakistan, au Bangladesh, des écoles qui enseignent la Pitman pour l’anglais, le hindi, l’ourdou, le kannada et, je suppose, d’autres langues comme le bengali ou le tamoul :

Shewtha H.C., who, after finishing her B.Com, is working under an advocate, said that her employer wanted her to learn shorthand to take notes. “I have completed proficiency level in English (writing 150 words per minute) and preparing for Kannada exams,” she says. It takes a student three years to become proficient in shorthand and the association has flexible timings. As the association looks to complete 100 years, members are planning ways to revive shorthand in a big way again.

https://www.thehindu.com/news/cities/bangalore/shorthand-still-a-passport-to-government-court-jobs-in-india/article23404472.ece

Dans un article de 2010 :

A statistical analysis performed in the Lok Sabha [la chambre basse du parlement indien] revealed that its members speak “at speeds ranging between 120 and 150 words per minute, some of them go up to 180 words per minute and a few reach the speed of 180 to 200 words per minute." House reporters were thus required to transcribe 180 words per minute—until eight years ago, when such adept stenographers could simply not be found, and that stipulation was dropped to 160 words per minute.
“Now even that’s becoming impossible," the Lok Sabha official says. “When we last recruited, we could find only one chap who passed the 160 mark."

https://www.livemint.com/Politics/a2SWBjVTcLmym9Tag5jQhP/Stenography-dies-a-slow-death.html

Annonce du recrutement de sténographes pour le parlement indien en 2017 :

https://www.fresherstimes.com/2017/01/parliament-india-stenographer-recruitment-2017-20-vacancies/

Conditions exigées :

http://164.100.47.193/JRCell/Module/Notice/ADVT1-2017.pdf

Bachelor's degree in any discipline from a recognized university and shorthand speed of 160 words per minute in English/Hindi.
Desirable : Certificate in computer course recognized by All India Council for Technical Education (AICTE)/Department of Electronics Accreditation of Computer Courses (DOEACC) or courses equivalent to 'O' Level in terms of syllabus and duration of course as prescribed by DOEACC.
Advt. No. 1 /2017

Note II :
In case sufficient number of candidates with requisite shorthand speed are not available, those with shorthand speed of 140 words per minute may be considered for appointment on the condition that they should qualify shorthand test at the speed of 160 words per minute within a year, failing which they will not be granted annual increment and their confirmation in the grade deferred.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 6:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

La façon de travailler actuelle de Hansard, qui n’utilise plus de sténographes ni même de sténotypistes.

https://commonshansard.blog.parliament.uk/2017/07/24/being-a-hansard-reporter-10-things-you-thought-you-knew/

Aussi :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Hansard
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 22 Juin 2019 6:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Recrutement de sténographes pour le gouvernement indien en 2018 :

The candidates will have to appear for the Skill Test in Stenography. The candidates will be given one dictation for 10 minutes in English/ Hindi at the speed of 100 word per minute (w.p.m) for the post of Stenographer Grade ‘C’ and 80 w.p.m. for the post of Stenographer Grade ‘D’. The matter will have to be transcribed on computer.

https://ssc.nic.in/SSCFileServer/PortalManagement/UploadedFiles/notice_steno2018_22102018.pdf
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 23 Juin 2019 2:57 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Début 2019, formation de base à la sténographie pour des fonctionnaires pakistanais.

A training course on “English Shorthand Theory” was held in STI from 01-01-2019 to 30-04-2019 for Dependent of Government Servants and officials BPS 07 to BPS 11 with 75 participants. Main topics covered were Basic principles of shorthand, Detailed Office Procedures, Basic English Grammar etc.

http://sti.gov.pk/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 30 Juin 2019 9:53 am    Sujet du message: Répondre en citant

En 1916, une dactylo gagnait 4 francs par jour pour une journée de 7 heures, tandis qu’une sténodactylo gagnait 5 francs dans les mêmes conditions de travail, soit 25 % de plus.

Note 55 dans cet article :

https://journals.openedition.org/sabix/612
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2020 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com