Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les professeurs de sténographie, l’enseignement
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 12 Mai 2019 2:11 pm    Sujet du message: Les professeurs de sténographie, l’enseignement Répondre en citant

J’ouvre une nouvelle rubrique, qui pourra éventuellement être alimentée de façon diverse.

Pour cela je rappelle une note postée sur ce forum en 2014 par Waldir Curry (Éloge d’un professeur de sténographie).

Il s’agit d’Auguste Lemoine, un professeur itinérant de sténographie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, et son cahier de références. Il parcourait la France pour enseigner la Duployé dans des écoles.

https://bibulyon.hypotheses.org/4049
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 12 Mai 2019 2:28 pm    Sujet du message: Aimé Paris Répondre en citant

On trouvera une biographie touchante d’Aimé Paris (1798-1866) dans le livre d’Émile Javal, Physiologie de la lecture, 1905, aux pages 32 à 35.

https://archive.org/details/b21286851/page/32

Aimé Paris est non seulement un nom important de la sténographie, il est encore bien plus connu, aujourd’hui encore, pour la mnémotechnie.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 12 Mai 2019 3:21 pm    Sujet du message: Isaac Pitman Répondre en citant

Thomas Allen Reed, A Biography of Isaac Pitman, 1890. (Partiel)

https://obgin.net/wp-content/uploads/2016/12/Biografia-de-Isaac-Pitman-english.pdf

Un passage amusant sur l’enthousiasme swedenborgien de Pitman (qui lui valut le renvoi d’une école) se trouve à la page 170/214. Pitman s’apprête à prononcer une conférence en 1885 devant un vaste auditoire. Il demande à ceux qui ont une certaine familiarité avec la sténographie de lever la main. S’apercevant que c’est la majorité, il estime voir disposer d’une certaine liberté pour sa conférence. Et alors il se lance à un certain moment dans des considérations inspirées de son maître Swedenborg. Il compare l’opposition entre consonne et voyelle entre l’opposition masculin / féminin, qui selon son grand homme, traverse la réalité en entier. Et il applique même cette opposition à la différence entre les consonnes elles-même.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 12 Mai 2019 3:29 pm    Sujet du message: Pitman Répondre en citant

Pitman était un militant de diverses causes.

« Pitman believed improving shorthand would be a great service to humanity. It wasn’t just a professional and educational tool but a timesaver for anyone who wrote. Pitman anticipated the day when shorthand would be “the common hand.” His motto was “time saved is life gained.” Phonography — which he sometimes called ‘Sound-hand’ — could have universal applications, since sound is universal even if specific sounds in languages aren’t.

Pitman imagined a Bible “no larger than a watch,” to be “used for the discovery and regulation of man’s spiritual state with reference to eternity, as the pocket chronometer is for the discovery and regulation of time with reference to the present life.” Pitman invited all Englishmen to become Phonographers, and reap the rewards that would follow.

After the publication of his treatise, Isaac Pitman became a tireless promoter of Phonography. (Pitman was a bit of a social reformer. He was a great supporter of Postal Reform as well as, most significantly, Spelling Reform. He would also become first vice president of the Vegetarian Society). Pitman established a Phonetic Institute, arranged social gatherings of Phonographers, and lectured across Great Britain. He set up his own printing house and published The Phonographic Journal, written entirely in shorthand.

He published shorthand transcriptions of the Psalms and Milton and Swedenborg’s Rules of Life — anything, Pitman said, could be transcribed into shorthand. Stenographers, secretaries, and newspaper reporters converted to Pitman’s method. A Phonographic Corresponding Society emerged. Pitman soon had hundreds and then thousands of enthusiastic disciples who sang the praises of shorthand. Eventually, Pitman’s shorthand would travel to the United States, and be used everywhere English was spoken. Pitman’s shorthand was not a system but a movement.

As any movement, shorthand had its opponents. The Reverend Edward Bickersteth denounced Pitman’s shorthand in a work called The Promised Glory. “Mesmerism, Phrenology, Phonography, Chartism, and Socialism,” he wrote, “are the stalking-horses behind which the most Satanic lies and the most absurd blasphemies are sent forth against the Word of God.” The Quaker poet Bernard Barton wrote a poem ridiculing Phonography, the Spelling Reform, and the “modern babblers” who advocated them. But these denouncements only increased Phonography’s popularity.

https://thesmartset.com/article05011301/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 12 Mai 2019 3:42 pm    Sujet du message: Pitman Répondre en citant

Le poème de Bernard Barton contre la Phonography de Pitman :

Bernard Barton penned a tirade against Phono-
graphy at the time Isaac Pitman visited Ipswich
to attend a phonographic soir6e in 1845. In
"An Epistle to a Phonetic Friend ; or, A Few
Words on Phonography/' prefaced by the
quotation,

A thing of sound (not fury)
Signifying nothing,

appeared the following amusing lines : —

The New System saves much time. Indeed !
Must we then write, read, spell, by rail-road speed ?
‘Tis bad enough, whene'er we go abroad.
That fire and smoke must urge us on our road.
And, for the music of the birds and spheres.
To have that horrid whistle din our ears ;
Must we not ride, alone, as if we flew.
But the same haste adopt in all we do ?
" Mare haste worse speed," — The proverb still holds true !

I wish that Pitman, Reed, and all their crew.
Or better taste, or better manners knew ;
To one accustomed to the olden lore
Their boasted System is a dreadful bore.
Though trumpeted, with empty acclamation,
A Reading, Writing, Printing Reformation !
Misses and masters in six lessons taught
What a life's labour to our fathers brought ;
Can write in shorthand, or like parrots speak,
Chaldee or Coptic, Sanscrit, Hebrew, Greek ;
But the sum total of this parrot lore.
Appeals to sight and sound, and little more.

On le trouve à la page 91 dans une autre biographie de Pitman, par Alfred Baker, 1919 (vue 141), intégralement sur archive.org :

https://archive.org/details/lifesirisaacpit00bakegoog/page/n9
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Dim 12 Mai 2019 4:14 pm    Sujet du message: Pitman Répondre en citant

« In politics Isaac Pitman was a Ufelong supporter
and advocate of Liberal principles. His interest
in political questions was early aroused by the
popular demand for the franchise, which resulted
in the Reform Bill of 1832. He gave active
support to the Free Trade movement, led by Mr.
Cobden and Mr. Bright ; he took a strong interest
in the Irish legislation of Mr. Gladstone, and was
in his later years a hearty supporter of the Home Rule
policy of the right hon* gentleman. A
member of the Bath Liberal Association, he
occasionally took his seat on the platform at
their meetings ».

Baker, Life of Sir Isaac Pitman, 1919.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Lun 13 Mai 2019 4:46 am    Sujet du message: Hippolyte Prévost Répondre en citant

Quelques aspects de la personnalité d’Hippolyte Prévost vus par Albert Delaunay.

Albert Delaunay, Cours de sténographie, 1878. Google Books. Pages iii-vi (= vues xiv-xv à xviii-xix) et 108-109 (vues 108-109/396).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Ven 07 Juin 2019 7:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

Courte notice biographique d’Arthur Hautefeuille (1920-2008), professeur de sténographie Duployé :

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article88081&id_mot=2688
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Ven 07 Juin 2019 7:22 am    Sujet du message: Répondre en citant

Rapport fait par Albert Delaunay au ministère de l’Instruction publique sur les résultats obtenus lors des cours gratuits qu’il avait dispensés en 1866-1867 dans un lycée de Paris et dans un lycée de Versailles.

https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1867_num_8_160_25551
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Ven 07 Juin 2019 12:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant

On trouve sur Internet les quelques pages du début du livre suivant :

Jean Deslogis, 200 dictées sténographiques progressives, Hachette, 1962.

L’intérêt est que Deslogis pose au début avec un très grand soin la question de la définition d’une syllabe et du décompte des syllabes.

Il rappelle que la fixation canonique pour le français a été opérée vers 1905-1910 à 100 mots = 180 syllabes. Mais un ouvrage de Germanet donnait 100 mots = 171 syllabes. Je suppose que ces comptes concernent les « tokens » (formes en occurrence dans les discours) et non pas les types (les lemmes listés dans les dictionnaires).

Bien entendu, ces comptes supposent qu’on ait défini précisément ce qu’est un mot (ainsi, dans « c’était, va-t-on compter un mot ou bien deux ?), et ce qu’est une syllabe.

Pour leurs besoins professionnels, en particulier pour la formation, les sténographes ont décrété l’existence de ce que Deslogis appelle « syllabe sténographique ». La circulaire ministérielle de 1959 qui régissait les examens de sténographie a gardé la proportion canonique de 1 mot moyen comporter 1,8 syllabes établie au début du XXe siècle. Mais Deslogis fait observer que la définition de la syllabe et du mot dans la circulaire ne sont pas en cohérence avec cette convention. Il en résulte que Deslogis est amené à distinguer 2 sortes de syllabes sténographiques : la syllabe sténographique exacte, et la syllabe sténographique officielle.

Deslogis observe que, ainsi que le rapporte Henry Fleury, la norme de 1905-1910 n’était pas sans supposer telle curiosité de prononciation. Si on se reporte d’ailleurs à son tableau d’exemple, on verra que cette norme de décompte aboutissait à attribuer le nombre de syllabes que voici à ces quatre exemples :
ciel 2 syllabes
rien 2 syllabes
mariage 4 syllabes
aviation 5 syllabes

On notera le caractère assez discutable ou même très insolite de cette syllabation s’agissant de la prononciation usuelle du français standard, il y a un siècle comme aujourd’hui. Le e caduc (« muet ») en finale de mot est censé être prononcé (ce qui n’est pas le cas en français standard, même si c’est le cas dans des variétés méridionales), et on est censé pratiquer deux diérèses dans « aviation ». Il est douteux que qui que ce soit ait jamais prononcé ces mots ainsi. Au passage : même en prononciation poétique pour la scansion des vers, « ciel » et « rien » sont monosyllabiques, comme le rappelle le tableau de Deslogis.

La circulaire de 1959 innove et donne respectivement : 1, 1, 3, 3.

Pour rendre les choses encore plus amusantes, les phonéticiens donnent respectivement (pour le français standard) : 1, 1, 2, 3. En fait, il y aurait à dire plus là-dessus, mais laissons cela.

Deslogis a procédé à un décompte personnel, qui aboutit à un mot moyen qui est de 1,6707 syllabe. L’écart avec le mot canonique des sténographes est ainsi de 7,74 % (7,739). La conséquence est donc que « actuellement, la cadence de dictée des examens officiels sont supérieurs de 7,739 % aux cadences des dictées pratiquées par la plupart des groupements professionnels ». Pas loin de 8 % en plus, ce n’est pas totalement négligeable.

Enfin, ce qui est troublant, c’est que le nombre de syllabes du mot moyen pour les linguistes, déterminé à partir de corpus parlés en français courant, est significativement différent.

On a 1,31 ou 1,32, voire 1,22 cités dans l’article de Cheryl Goodenough-Trepagnier et R.M Frankston. On a (ma division) 1,35 qui résulte du tableau de la page 77 dans Abécassis et Ledegren, Les Voix des Français, 2010 (passage lisible dans Google Books).

https://www.erudit.org/fr/revues/cl/1978-n7-cl3101/800052ar.pdf

La différence considérable avec les estimations sténographiques pourrait être due à des divergences de registres. Les corpus de français parlé courant sont dans un registre dit « familier », et, sous l’influence de leur expérience dans les domaines parlementaire, judiciaire, commercial, les sténographes auraient été confrontés à des discours recourant à un lexique plus recherché, avec un taux plus élevé de mots longs.

En tout cas, quand on présente des données statistiques, il importe de toujours s’efforcer de cerner aussi précisément que possible ce sur quoi elles portent.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 662
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Ven 07 Juin 2019 9:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Non sans une pointe d'humour, je vous ferais remarquer qu'il y avait certainement des sténographes à Marseille, et que, par conséquent, des dictées prononcées avec l'accent du cru devaient plus se rapprocher des 1,8 que des 1,3 syllabes ! Ne serait-ce que parce que les "e" muets étaient prononcés !

Je dis tout cela au passé, car il n'y a plus d'examen sténographique nulle part en France, de toute façon...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 08 Juin 2019 6:16 am    Sujet du message: Répondre en citant

Humour à part, c’est vrai qu’il faut toujours préciser de quoi on parle, la preuve en est avec ces affaires de syllabes.

C’est justement pour ça que j’ai considéré le français standard, et la prononciation du français standard, au sens de Pierre Léon, c’est justement un français du nord, on va dire parisien pour faire court. Les sténographes qui ont décidé que le mot français moyen avait 1,8 syllabe l’ont donc fait sur la base de ce français-là. J’y suis d’autant plus sensible que mon propre inventaire de phonèmes n’est pas exactement celui de la quasi-totalité des Parisiens d’origine sur un détail.

Penchons-nous sur ces affaires d’importance.

Dans son exposé très minutieux, Jean Deslogis observe au passage une bizarrerie du texte de 1959.

La circulaire distingue deux sortes de « diérèses ». Il y aurait d’abord la « diérèse » appelée « caractérisée » (oasis, épicéa). Je dirais déjà pour ma part qu’on n’est pas ici dans un cas de diérèse de toute façon, mais dans un cas de hiatus. On est obligé de prononcer o.a.zis, et non pas wa.zis. On n’est pas dans le cas de mots comme buée, bouée, où, même en français standard, on peut avoir deux prononciations, l’une monosyllabique, l’autre dissyllabique.

Puis la circulaire fait intervenir ce qu’elle appelle la « diérèse légère ». Elle serait illustrée par des mots comme : suivi, lierre, formation. Comme l’observe Deslogis, cette prétendue diérèse légère n’existe pas (en français standard). On se demande bien ce que l’auteur inconnu de la circulaire de 1959 avait à l’esprit. Même dans les accents méridionaux, il est fort douteux que personne ait jamais dit su.i.vi en 3 syllabes.

Je ne fais un sort à ces broutilles que pour rendre un hommage a posteriori au sens de la précision de Deslogis.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 08 Juin 2019 10:48 am    Sujet du message: Répondre en citant

Cette affaire de nombre moyen de syllabes par mot me turlupine.

Je viens de m’amuser à ceci. J’ai pris presque trois paragraphes d’un conte de Daudet (clin d’œil inconscient à la prononciation provençale), La Diligence de Beaucaire. Selon une convention de décompte usuelle (« c’était «  = 2 mots), j’ai dénombré 300 mots. J’ai découpé en syllabes selon l’oralisation normale en français standard, et j’ai trouvé 400 syllabes. Ces comptes ronds n’ont pas été voulus.

Donc dans ce texte, le « mot » moyen fait 400 / 300 = 1,33 syllabes. Par « mot », il faut bien entendre ici une occurrence de forme dans un discours. Il n’est pas question de compiler un lexique des mots utilisés par Daudet dans ce passage et de calculer le nombre moyen de syllabes par mot dans ce lexique.

Ce que j’obtiens est très clairement dans le cadre des estimations des linguistes dont j’ai fait état ci-dessus.

La disparité avec le mot sténographique canonique à 1,8 syllabe est énorme.

Elle peut tenir en partie à la définition du « mot », mais ça ne me semble pas être le facteur majeur. L’explication immédiate est que, sauf erreur, les sténographes avaient procédé non pas à une syllabation enchaînée enjambant les frontières de mot, ainsi qu’on fait en français standard naturel, mais à une syllabation mot par mot en supposant qu’on prononce systématique les <-e> finaux des mots écrits.

L’effet de cette décision est considérable. La deuxième phrase de mon texte commence ainsi : « J’avais pris la diligence de Beaucaire, une bonne vieille patache... ». Dans ma prononciation, on a 15 syllabes. Dans le décompte sténographique, il y a 21 syllabes, soit 40 % de plus. Globalement, sur des corpus considérablement plus énormes que mon tout petit passage, le ratio de 1,8 à 1,33 est 1,35..., ce qui montre que mon passage de Daudet est représentatif.

La question est de savoir pourquoi les sténographes du début du XXe siècle avaient décidé de prononcer tous les -e muets finaux. Est-ce que les systèmes sténographiques en usage traitaient « patache », « Beaucaire », « madone », « Camargue », « médailles », « oreilles », « casquette », « énorme », « paroisse » comme des trisyllabes ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 08 Juin 2019 3:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le « mot théorique » sténographique à 1,8 syllabe nécessitant la prononciation systématique des -e muets en fin de mot semble être une fiction pédagogique calibrée sur les exercices de dictées sténographiques.

Est-ce que cette façon de faire a été calquée sur les usages des instituteurs faisant faire des dictées à leurs élèves ? Cette façon de faire des maîtres est justifiée par diverses considérations, dont le fait qu’ils ont à faire à des enfants. Est-ce que ces justifications sont extensibles aux exercices sténographiques ?

En tout cas, puisque ce mot français moyen des sténographes est une fiction quelque peu éloignée de la réalité de la parole en français standard, le compte officiel des vitesses de prise sténographique en mots / minute devient lui aussi une fiction pédagogique.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 969

MessagePosté le: Sam 08 Juin 2019 4:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Éléments biographiques sur Jean-Baptiste Estoup :

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01254234v2/document
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2020 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com