Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ecriture abrégée Personal Shorthand (Briefhand)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Autres systèmes
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 362

MessagePosté le: Lun 24 Oct 2011 3:39 pm    Sujet du message: Ecriture abrégée Personal Shorthand (Briefhand) Répondre en citant

Je retrouve sur mes rayons deux livres que j'ai achetés il y a trente ans (lors d'une de mes plus fortes poussées
de fièvre tachygraphique récurrente), concernant une méthode d'écriture abrégée. Or ce domaine est un peu négligé
par les spécialistes de tachygraphie, et mérite une certaine attention, aujourd'hui encore, malgré les moyens actuels.
Et je mentionne sans même m'y étendre le bien connu Langage SMS (txtspk, etc.).

Il s'agit de manuels pour la Personal Shorthand (anciennement appelée Briefhand en 1955) de C. Theo Yerian (+ 1992),
un éducateur polygraphe, et Carl Walter Salser (1921-2006), un autre éducateur :

Les ouvrages que j'ai sont :

Walter Blum & C. Theo. Yerian, Personal Shorthand for the Journalist. A Self-Contained Text / Workbook.
No 242031, National Book Co, Portland, Oregon, 1980. Reliure spiralée.

[sans nom d'auteurs], PS for the Journalist, Teacher's Manual & Key to Text / Workbook. Idem.

Il existait d'autres publications, que je ne possède pas, dont un dictionnaire à 22000 entrées, etc.

Le Personal Shorthand a été mentionné une fois sur ce forum par l'omniscient Duployean, avec d'autres techniques.


Dans le livre du maître se trouvent quelques feuilles volantes, dont une qui donne la "Shortahnd Pyramid",
avec une grosse base pour la majorité des gens, qui ont besoin de tachygraphies simples pour les usages courants,
puis des exigences de plus en plus grandes à mesure qu'on s'élève vers la pointe de la pyramide, réservée aux happy few.

Les auteurs indiquent que, pour l'étudiant moyen (souligné), la Personal Shorthand (PS) permet d'atteindre
60 à 80 mots / minute au bout de 6 à 9 semaines ; le livre dit que l'étudiant standard devrait doubler sa vitesse normale,
25 à 30 mots / minute au bout d'un semestre, donc passer à 50-60, certains étudiants particulièrement bons arrivant
même à 80-100 (il est recommandé que le professeur dicte dès le début à 40-60 pour habituer les étudiants
à des réactions appropriées). Ensuite l'étudiant de PS irait de 90 à 110 mots en 18 semaines, soit un semestre d'étude.
Puis ils placent le "sténographe" (j'imagine celui qui s'est exercé sur les bases la sténographie type Pitman ou Gregg)
à 60-80, le secrétaire débutant à 70-100, le secrétaire confirmé à 80-120, le secrétaire haut de gamme à 100-140,
les sténographes de conférence à 160-200, et les sténographes judiciaires à 200-260 mots /minutes.


Principe de base de la PS :
On écrit avec l'alphabet usuel et la ponctuation usuelle, en écriture manuscrite ou à la machine : c'est une exigence de base
des systèmes du début du XXe siècle, en ce qui concerne en tout cas les journalistes, grands utilisateurs de la machine à écrire.
Aucun signe additionnel spécial. On peut ou non utiliser les capitales. Paragraphes indiqués par retour normal
à la ligne, ou bien par /.


Voici quelques-unes des règles, souvent familières, bien entendu, car on en retrouve des équivalents dans d'autres systèmes.

1) Le système est présenté comme phonographique, sauf abréviations.

Il faudrait fortement nuancer, et même, allons-y, carrément réfuter cette affirmation, parce que en réalité le "squelette"
obtenu par réduction est basé sur l'écriture. Voir comment dans les exemples plus bas comment le signe "a"
se trouve dans "alter" compacté en "altr", alors que le "a" du mot est prononcé comme une espèce de "o",
/O/ en transcription SAMPA. Or on constate immédiatement que, en plus, le "a" de la PS notera aussi bien
la voyelle brève /{/ = /æ/ de "additive", le /eI/ d'avant de "weighed" ou de "late", le /A/ d'arrière de "gnarl"
ou même le /@/ central de "another". C'est donc plutôt un système basé sur la graphie, avec un saupoudrage
phonologique. Pour un sténographe habitué aux grands systèmes classiques du genre Duployé, construits
avec une certaine rigueur dans la correspondance des signes et des phonèmes, ou encore plus pour un phonéticien,
surtout si ce dernier s'est levé du mauvais pied, c'est franchement le capharnaüm, le souk, le bordel, la confusion généralisée.

Mais attention, calmons-nous. Ne pinaillons pas d'emblée, parce que pour l'utilisateur courant, peu au fait de la phonétique,
ce parti-pris peut très bien se défendre. Si ça marche, on ne va pas faire la fine bouche. Surtout si ça permet d'obtenir
un apprentissage plus facile. On perd d'un côté ce qu'on gagne d'un autre, c'est classique. Bien entendu, on suppose
une prononciation de type américain.

2) On n'écrit pas les consonnes et voyelles graphiques muettes.

3) On écrit les voyelles initiales, et les voyelles finales.

4) On écrit les voyelles internes uniquement si elles sont longues.

Ceci est, bien entendu, un principe immémorial typique des systèmes "alphabétiques" ("abjad" dans une terminologie
technique récente) des langues sémitiques (phénicien développé de type punique, araméen, hébreu, arabe),
où des "matres lectionis", signes consonnantiques, sont utilisées pour noter indirectement les voyelles longues.
Le fait que ce principe, qui a commencé à être appliqué il y a presque 3000 ans, soit réutilisé à une telle distance
pour une langue qui ne s'écrit pas avec un abjad, est une indication que certains principes sont extraordinairement robustes,
résistants, ou susceptibles de régénération, ou d'extension, et peuvent rendre des services alors même
qu'on les croirait dépassés ou inadaptés.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abjad
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mater_lectionis
http://en.wikipedia.org/wiki/Mater_lectionis

5) On écrit les voyelles finales sauf "-y".

Exemples d'application
alter : altr ; additive : adtv ; late : lat ; weighed : wad
isolate : islat ; gnarl : nrl ; ability : abl
tennis : tns ; easy : es ; puzzle : pzl ; knife : nif ; took : tok
oscillator : oslatr ; physical : fscl
bright : brit ; poorly : porl ; rarely : rrl ; balloon : blon ;
temperature : tmprtr ; struggle : strgl ; isle : il ;

On doit maîtriser un assez grand nombre d'abréviations. Examples
a = a, an, and, at, about
b = be, by, buy, been, but
c = can, come, copy, credit
d = dear, do, due, did, date, would
e = he, the
etc.

Il y a des abréviations pour des suites de mots fréquentes.

Pour ce qui est de la morphologie, on procède à une analyse simple, dans laquelle (dans l'esprit
de Scott de Martinville, et d'autres), au radical s'ajoute un signe pour le suffixe. Ainsi "-d" pour "-ed" (passé ou passé smple),
"-g" pour le suffixe "-ing", "-s" pour le "-s" de plurie ou de 3ème personne du singulier du présent des verbes.
Donc t = thank (en effet t = that, thank, there, to, too) ; td = thanked ; thanking = tg ; thanks = ts. De même il existe
des abréviations pour des préfixes fréquents, tels que "p-"

A titre illustratif, voici un passage célèbre du discours de prise de fonction du président Kennedy. J'en profite
pour dire au passage qu'il a été écrit par un speechwriter qui maîtrisait complètement la rhétorique classique,
le fameux Ted Sorensen (il fut aussi le nègre d'un livre "de" Kennedy). On est encore en 1961, et Sorensen,
né en 1928, avait été formé pendant et juste après la guerre, et était un brillant étudiant en droit ; il est clair
qu'il s'était nourri de l'éloquence classique, et des passages entiers du pseudo-Kennedy auraient pu être écrits
au XVIIIe siècle, par exemple dans le style du Dr Johnson, avec ses balancements caractéristiques.

"Let every nation know, whether it wishes us well or ill, that we shall pay any price, bear any burden, meet any hardship,
support any friend, oppose any foe, in order to assure the survival and the success of liberty".

Ça donne ceci :

lt v nas n, wtr i ss u l r il, t w sl pa an p, br an brdn, met an hrdsp, sprt an frn, opos an fo, n r t asr e srvvivl a e ses o lbrt. /


Sur le système PS, qui existe encore sur le marché des tachygraphies, avec une audience inconnue de moi, voir :

http://en.wikipedia.org/wiki/Personal_Shorthand
http://www.eralearning.com/01/ps.php
http://www.eralearning.com/01/ps2.php
http://www.eralearning.com/01/ps3.php
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 362

MessagePosté le: Mer 26 Oct 2011 9:50 pm    Sujet du message: Keyscript de Cheeseman Répondre en citant

Le Keyscript de l'Australienne Janet Cheeseman, enseignante de Pitman,
est un système alphabétique (ne contenant aucun signe autre que les lettres de l'alphabet usuel)
fondé sur le même principe que la Personal Shorthand et une demi-douzaine d'autres systèmes analogues.

http://keyscript.wetpaint.com/

Comparaison avec d'autres systèmes :
http://keyscript.wetpaint.com/page/Alpha+Shorthand+Systems

On promet l'économie de 60 % de l'acrture courante. Et une vitesse de 150 mots / minutes en tapant sur un clavier.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 529
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Mer 26 Oct 2011 10:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Connaitriez-vous une méthode de tachygraphie appliquée au clavier et adaptée au français ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 362

MessagePosté le: Jeu 27 Oct 2011 7:33 am    Sujet du message: Sténo alphabétique française pour clavier ? Répondre en citant

Eh non, justement, je ne connais pas de tachygraphie alphabétique pour clavier
conçue pour le français, alors qu'il en pleut pour l'anglais.

Un tel système serait bienvenu même à retardement, le clavier n'ayant pas disparu alors même
que la machine à écrire a disparu. Au passage : qui aurait pu prévoir un tel développement, la désolidarisation du clavier
et de l'ensemble mécanique contenu dans la caisse : batterie de tiges, ressorts, etc. ? L'ensemble mécanique
s'est presque totalement évaporé, le clavier reste, et maintient les traditions AZERTY et QWERTY...
Ensuite, parallèlement, les claviers AZERTY et QWERTY se démécanisent totalement et se transmutent
en claviers tactiles, se miniaturisent, et atterrissent sur des smartphones, en bas de petits écrans.
Sur un smartphone, un clavier occupe quelque chose comme 15 cm2, soit 15 fois moins de surface qu'un clavier
de machine ou d'ordinateur. Je persiste à trouver ça admirable. Et inattendu.

Ce qui montre à nouveau à quel point la prophétie technique est périlleuse, contrairement à ce que croient
beaucoup d'esprits imprudents, qui s'imagine savoir ce qui va se passer..

Pour revenir à nos moutons, voici, par exemple, encore une autre méthode de sténographie alphabétique pour l'anglais,
d'un type tel que, je suppose, elle doit se transférer illico au clavier :
http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/grossman-jeremy/quickhand,5865772.aspx

Je n'ai pas pu trouver l'équivalent français pour le moment.
[Ça ne prouve pas que ça n'existe pas. On trouve des choses un petit peu inattendues,
comme la méthode Herout-Mikulik pour le tchèque adaptée au français
(j'imagine pour des Tchèques avant la dernière guerre...).]

Normalement, quelqu'un a dû concocter une telle méthode pour le français, parce que les principes
n'en sont pas très compliqués, puisque ça n'exige pas des essais interminables pour ergonomiser
les jonctions de signes, par exemple.

Au passage, qu'est-ce que c'est que cette mystérieuse "minigraphie"
ou "écriture-éclair" de marie-José Brignone pour laquelle j'ai lancé un appel d'information récent ?
Dans la mesure où c'est appelé une "écriture", ce n'est peut-être pas conçu pour clavier. Mais on ne sait pas.

Ou alors, de préférence, il faut chercher chez les Canadiens francophones.

Est-ce que ce qui suit serait la réponse ? Ou est-ce que c'est une espèce de Speedwriting canadien ?

https://valleyfield.koha.ccsr.qc.ca/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=66120&shelfbrowse_itemnumber=105975
http://books.google.com/books/about/Sténographie_alphabétique_Rapido_méth.html?id=DR1PAAAACAAJ

Pour savoir, il faudrait contacter la co-auteur d'un livre, FranceLyne Fortin = Francine [Touchette-]Fortin :
http://www.auteursmonteregie.com/index.php?option=com_content&task=view&id=112&Itemid=147&date=2011-11-01

On trouve ci-dessus son adresse "snail mail". Mais je n'ai pas son adresse électronique, ce qui est bien plus pratique.
J'ai trouvé celle du petit-neveu de l'Argentin Leite Alves, à qui j'ai écrit avant-hier (il vit aux Etats-Unis, où il gère une entreprise
d'informatique). Il m'a répondu immédiatement et très sympathiquement, mais, bien qu'il conserve pieusement
un livre de son grand-oncle, il ne sait rien de précis sur les conditions dans lesquelles celui-ci a conçu sa méthode.
D'autres membres de sa famille en savent peut-être plus.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Autres systèmes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com