Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Shakespeare et la sténographie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 362

MessagePosté le: Ven 18 Nov 2011 3:03 pm    Sujet du message: Shakespeare et la sténographie Répondre en citant

A première vue on ne voit pas de rapport entre Shakespeare et la sténographie. A deuxième vue, si. A troisième vue, hum.

Les pièces de Shakespeare ont été, en partie (18 sur 36), publiées sous la forme de livres séparés au format in-quarto (à peu près notre A4). C'est ce qu'on appelle les Quartos. Certains sont appelés les Bad Quartos (mauvais in-quartos), à cause de leur qualité médiocre ; je vais en reparler. Ensuite elles ont été publiées, en 1623, sept ans après la mort du dramaturge, sous la forme d'un volume au format in-folio, à peu près notre A3 : c'est le Premier Folio. Le Deuxième Folio est paru en 1632, puis encore deux autres au XVIIe siècle.

Les éditeurs constatent que le texte, selon les variantes, pose parfois des problèmes d'interprétation, que certains passages sont difficiles à comprendre. Dès le XVIIIe siècle, l'hypothèse a été avancée, par Lewis Theobald, que les versions courtes seraient issues de transcriptions inadéquates par des sténographes. Cette conjecture a été reprise par divers auteurs par la suite. D'autant qu'un autre dramaturge élisabéthain, Thomas Heywood, s'est plaint explicitement qu'une de ses pièces avait été piratée par des sténographes.
Restent que pas mal d'objections peuvent être faites à la théorie du piratage sténographique

1) L'interprétation du passage de Heywood est délicate, car il peut s'agir du piratage, non pas du texte intégral, mais de l'intrigue.

2) Même dans les Bad Quartos, les passages obscurs voisinent avec des passages limpides.

3) Il existe une théorie plus économique. On peut penser que certains acteurs, particulièrement ceux qui jouaient des rôles secondaires, avaient reconstitué la pièce plus ou moins fidèlement, puis avaient vendu leur savoir aux concurrents. C'est l'idée du spécialiste W. W. Greg, à ne pas confondre avec le créateur de la sténographie Gregg, John Robert Gregg.

4) Il est assez douteux que les vitesses autorisées par les méthodes sténographiques de l'époque aient pu suffire à noter une pièce. C'est la conclusion à laquelle était arrivée W. Matthews (Shorthand and the bad Shakespeare Quartos, The Modern Language Review, 37,3 (1932) ; disponible en ligne mais contre abonnement). Egalement G. I. Duthie, en 1949, a exprimé l'opinion qu'aucun système sténographique de l'époque n'aurait été assez performant pour aboutir aux Quartos. Depuis le scepticisme a dominé chez les spécialistes du théâtre élisabéthain. Malgré tout, la théorie a été ressuscitée dans le livre de 2010 d'Adele Davidson, Shakespeare in Sorthand: the textual mystery of King Lear (extraits consultables en ligne).

Ce que je sais de la tachygraphie des XVIe / début XVIIe siècles me fait pencher pour le scepticisme. Passe encore, à première vue, si on a une pièce hiératique où les personnages égrènent de nobles propos avec un train de sénateur. Certaines façons de jouer Racine pourraient y faire penser. Même là, ce qui paraît lent à l'audition se révèle déjà bien trop rapide pour le scribe.

Seulement si, dans une comédie de Shakespeare, vous avez un échange de badinage entre deux jeunes messieurs qui rivalisent d'esprit, de jeux de mots, de taquineries, de réparties astucieuses, il est peu probable que les acteurs aient pu jouer de telles scènes, où on mime un tac au tac virtuose, un rythme de réparties preste et véloce, sans un tempo minimal, faute de quoi les scènes auraient, j'imagine, perdu tout sel. Imaginez des propos de comptoir où les protagonistes parleraient à 80 mots / minute : ce serait indigeste. Je vois difficilement comment des systèmes ignorant le principe un mot = un sténogramme auraient pu tenir le coup à 180 mots / minute. Si le sténographe a mémorisé des centaines de signes logographiques, on aura un bien meilleur rendement, mais ça suppose un vocabulaire adapté au vocabulaire des pièces, et non, par exemple, à celui des sermons, avec, en amont, la préparation de tout un codage. Comme je l'ai expliqué ailleurs, noter des sermons de Luther, c'est une chose, noter des conversations, c'en est une autre.



http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Shakespeare#Shakespeare_:_le_probl.C3.A8me_de_l.E2.80.99.C3.A9dition

http://en.wikipedia.org/wiki/Bad_quarto#Origins_of_the_Bad_Quarto_Theory

ttp://books.google.fr/books?id=jiHeCE2GKD4C&pg=PA125&lpg=PA125&dq=shakespeare+shorthand+pirates&source=bl&ots=_Lbm1vZQBP&sig=3hEktjlUaq69qkj-oBTiH9SIHJQ&hl=fr&ei=ErKuTv_NC8iWOuCc6PAC&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=3&ved=0CCkQ6AEwAg#v=onepage&q=shorthand&f=false
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com