Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Sténographie : un concept mort (!)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 362

MessagePosté le: Sam 19 Nov 2011 1:17 pm    Sujet du message: Sténographie : un concept mort (!) Répondre en citant

On se demande parfois si nos contemporains savent ce qu'ils disent quand ils emploient le mot "sténographie". On peut en douter fortement.

Il existe toute une série de cas où des personnes déclarent prendre des notes sous la dictées d'esprits, de morts, parfois célèbres. Ces dictées peuvent être logorrhéiques à un degré impressionnant, par exemple chez Stella Horrocks, une institutrice du nord de l'Angleterre à la retraite, qui produit sans trêve depuis vingt ans des masses ininterrompues d'ouvrages sous la dictée d'écrivains décédés, d'acteurs, etc., en écriture courante :

http://www.besoindesavoir.com/article/502579/stella-horrocks-une-secretaire-tres-spirituelle
http://mr-ghaz.quazen.com/reference/biography/stella-horrocks-a-secretary-to-the-spirits-she-takes-dictation-from-the-dead/
Vidéo avec musique glaçante :
http://www.youtube.com/watch?v=2TTmIibV30s

Maintenant considérez le cas de l'universitaire américaine (psychologue clinicienne) Helen Schucman (1909-1981). Elle entendait une voix intérieure, ensuite assimilée à Jésus, et notait ce qu'elle lui disait, selon un processus qu'elle appelait elle-même "inner dictation", dictée intérieure.

Or, et c'est là où je veux en venir pour ce forum, il est caractéristique de notre époque que ces notes de Schucman soient présentées partout comme ayant été prises en "shorthand". Ce mot, de façon très prédominante, évoque, plutôt que toute espèce de tachygraphie, la sténographie au sens strict, Pitman, Gregg, ou n'importe quel système de ce genre. Mais l'inspection des fac-similes, disponibles en ligne, montre bien qu'il s'agit simplement d'une écriture un peu abrégée selon des procédés personnels.

http://en.wikipedia.org/wiki/Helen_Schucman
http://de.wikipedia.org/wiki/Helen_Schucman

Au surplus, la sténographie est tellement peu familière aujourd'hui que le mot "shorthand" en anglais actuel est typiquement utilisé de façon purement métaphorique, comme en témoigne des masses de textes sur Internet ; alors qu'en français, on ne dit pas "façon sténographique de s'exprimer", par exemple, mais il est vrai qu'on trouve parfois, peut-être sous l'influence de l'anglais, "une sténographie pour".

On lit constamment "shorthand for" pour exprimer l'idée : façon de dire rapide, voire approximative, allusive. On trouve même "joke shorthand for". Quand le mot qui exprime un concept s'emploie de façon prédominante au sens figuré, c'est que le concept est mort. Encore plus mort que la voix de Schucman.

PS - Une caractéristique fréquente des esprits est leur propension incoercible à la volubilité la plus débridée. On est bien aise de s'être initié à la sténographie, ou à la sténotypie, quand on est visité par eux, si on ne veut pas perdre une miette de leurs propos incessants. Quand, il y a cent ans, l'esprit de Patience Worth, née en Angleterre en 1649, se manifesta à Mrs Pearl Lenore Curran, de Saint Louis, Missouri, la bavarde Patience déversa sur Mme Curran des kyrielles d'œuvres littéraires, dictées dont on nous dit que, atteignant 110 mots / minute (entrecoupés de cigarettes et de tasses de café), elle nécessita la collaboration d'une sténographe. Cette opération dura pendant 24 ans, jusqu'en 1937, période pendant laquelle s'accumulèrent 4 millions de mots. Mme Curran devenue impécunieuse à la mort de son mari, se fit payer pour assister aux séances littéraires, ce qui, à n'en pas douter, stimule la production. Le poète Edgar Lee Masters se déclara impressionné, nous rapporte-t-on. Un trouble-fête un peu acide, professeur spécialiste de l'époque élisabéthaine, trouva pour sa part que le style de l'esprit consistait en une sorte de salmigondis entre du pseudo-anglais du XVIIe siècle et de l'anglais américain courant aux alentours de 1900, saupoudré d'inventions lexicales improvisées, le tout aboutissant parfois à un galimatias impénétrable.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Patience_Worth
http://en.wikipedia.org/wiki/Patience_Worth
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 519
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Lun 21 Nov 2011 1:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le célèbre médium américain Edgar Cayce, plongé en transes, donnait des «lectures» des personnes qui lui étaient présentées. Tout ce qu’il disait était pris en sténo par une professionnelle et cette somme de documents constitue aujourd’hui un ensemble d’archives très consultées. D’après Elizabeth Kübler-Ross, dans son livre sur le médium, cette sténographe n’a jamais voulu discuter de son travail après la mort de Cayce, ni préciser des points importants, par exemple des transcriptions de noms propres, qui pourraient intéresser des historiens. Je ne sais pas quel système elle utilisait, et je doute qu'on ait conservé les sténographies originales.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 362

MessagePosté le: Mar 22 Nov 2011 2:30 pm    Sujet du message: La sténographe de Cayce Répondre en citant

Je ne connaissais pas le cas de Cayce (1877-1945) que nous signale Fred.

Apparemment Cayce, dans la vie de tous les jours, parlait un anglais américain normal, et avec un accent typique du sud, très frappant pour les autres Américains : il était né dans le Kentucky. Et quand il était en état de transe, il se mettait, nous dit-on, à parler comme dans la traduction de la Bible dite Authorized Version, ou Bible du roi Jacques, 1611.

A cause de cette expression insolite en transe, la sténographe, Gladys Davis (1905-1986), opérationnelle depuis 1923, était obligée d'adopter certaines notations particulières ("some unusual punctuation") pour arriver à clarifier les phrases compliquées, paraît-il, de Cayce ("some of the long, complex thoughts conveyed by Cayce while in trance"). Je tire ces informations d'un avertissement liminaire à un ouvrage publié sous le nom de Cayce (The Power of Your Mind).

On peut s'interroger, notamment parce que, bien que le style biblique varie suivant les livres, en général la Bible de 1611 ne comporte justement pas de phrases à n'en plus finir. Dans un grand nombre des livres de la Bible, le style est très sec (dans le Genèse, ça peut même être déconcertant à l'occasion), et l'équipe des traducteurs a voulu rester assez fidèle à l'allure de l'hébreu (ça se sent immédiatement quand on compare cette traduction aux grandes traductions françaises). Les anglophones se font souvent une idée bizarre de ce que c'est que l'anglais du XVIIe siècle, et en particulier celui, un peu spécial, d'une partie de la traduction de la Bible. Il est d'ailleurs on ne peut plus classique que les médiums se mettent à parler en anglais ancien plus ou moins fantaisiste, voire dans des langues inconnues d'eux en état de veille, comme l'hébreu (dans un cas connu, on sait que la jeune médium, présentée comme devenue subitement polyglotte en transes, était au service d'un pasteur hébraïsant qui se récitait à haute voix des passages de la Bible en hébreu). Mais peu importe.

Née en 1905 (elle avait 18 ans lors de son engagement par Cayce en 1923), Gladys Davis n'avait probablement pas appris la sténo avant, disons, 1920. Logiquement, Gladys devait plutôt utiliser la méthode Gregg, qui, je crois, dominait déjà, à moins d'avoir été formée, de façon conservatrice, en Pitman ou dans une autre des méthodes qui étaient en usage au tournant du siècle, ce qui est également fort possible. Il est difficile de trancher.

[Certaines des raisons de cette victoire de Gregg sur Pitman sont données ici. L'auteur indique que, dès 1911, lors du concours annuel de la American National Shorthand Reporters Association, un des participants avait fait la preuve qu'il pouvait sténographier aussi vite que les utilisateurs de la Pitman, d'où argument publicitaire en or pour la Gregg. Et l'auteur fait observer que, dès 1914 de jeunes blancs-becs sténotypistes firent la démonstration des capacités de la tachygraphie mécanisée, au grand dépit des sténographes papier / crayon. Mane, Thecel, Phares ! "The writing is on the wall", qui prédit l'Issue Fatale, pour parler, à la suite de Cayce, en style anglo-biblique. Car moi-même je suis parfois en état de transes.
http://pitmania.com/shorthand-deathmatch-pitman-v-gregg-2/
]

Or la Gregg ne semble pas terriblement précise pour les voyelles. Comme l'article ci-dessus l'explique, paradoxalement, la Pitman peut l'être plus. Ceci n'est pas sans importance pour la notation des noms propres, sauf si on décide de les transcrire en écriture courante, au moins à leur apparition.

Cayce lui-même craignait que l'omniprésente Gladys Davis (elle habitait en continu avec les Cayce, et même avec un neveu à elle, et ne se maria qu'après la mort de Cayce) ne fasse trop intrusion dans ses "lectures", en injectant des interprétations, si bien qu'il lui a donné congé plusieurs fois, pour se réconcilier ensuite.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
kimou



Inscrit le: 18 Nov 2011
Messages: 83
Localisation: aube

MessagePosté le: Mar 22 Nov 2011 3:29 pm    Sujet du message: Sténographie : un concept mort Répondre en citant

Existe-t-il des mediums, qui, en état de transe, transcrivent les mémoires d'un défunt, en sténo tout comme certains qui utiliseraient une langue étrangère qu'ils n'auraient jamais apprise ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fred



Inscrit le: 23 Jan 2007
Messages: 519
Localisation: Région parisienne

MessagePosté le: Mar 22 Nov 2011 3:41 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'en ai jamais entendu parler, mais je ne suis pas très versé sur le sujet.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com