Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Un journal secret sténographié en Mason au XVIIIe siècle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Autres systèmes
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 362

MessagePosté le: Dim 23 Oct 2011 6:50 pm    Sujet du message: Un journal secret sténographié en Mason au XVIIIe siècle Répondre en citant

1) La sténographie comme outil au service de la discrétion ou du secret

Une simplification communément répandue consiste à restreindre l'usage de la sténographie
à la notation de la parole d'autrui : prédicateurs (j'ai traité ailleurs du cas spectaculaire de Luther),
participants à un procès, orateurs politiques, professeurs, patron dictant un texte à sa secrétaire,
interviewé d'un journaliste, brillant causeur (comme, au XVIIIe siècle, le Dr Johnson enregistré
tant bien que mal par son ami et admirateur James Boswell dans une écriture abrégée de son cru), etc.

En réalité, parmi les arguments visant à vanter les mérites de la sténo, figure souvent, par exemple
dans les préfaces des méthodes, la possibilité de noter "discrètement" ce qu'on saisit au vol.
Ainsi encore en 1991, on mentionne la notation "d'une idée qui vous traverse l'esprit",
notation "rapide (et discrète au regard des non-initiés !)" : préface de A[rthur] Hautefeuille & Ch[arles] Ramade,
Cours de sténographie Duployé fondamentale, Editions Bernard-Lacoste, Paris.

Plus discrète encore est l'utilisation de la sténo pour garder carrément secrètes ou au moins
peu pénétrables aux profanes des notes plus ou moins compromettantes (notamment en ce qui concerne
le domaine sexuel) dans un carnet, un journal personnel. Dans le domaine anglo-amércain, j'ai mentionné
sur ce forum le cas bien connu de Samuel Pepys, et les cas beaucoup moins connus d'Isaac Newton,
de Thomas Jefferson. Différent était le cas de Kurt Gödel, qui certes était très discret sur certaines
de ses convictions philosophiques, craignant une incompréhension dans le climat intellectuel de son temps
et de son milieu ; mais on peut considérer que son usage massif de la Gabelsberger est plutôt dû
à une habitude de jeunesse, assez fréquente chez les intellectuels de culture allemande de son époque et avant,
comme j'ai eu l'occasion de le signaler.


2) Un journal secret sténographique dans l'Amérique du XVIIIe siècle

Un cas de journal secret sténographique qui traversa deux siècles avant qu'on en prenne connaissance,
est celui de William Byrd (1674-1744). William Byrd II, de Westover, est un gentleman de Virginie
dont les notes sont très intéressantes pour les historiens de l'époque coloniale de l'histoire des Etats-Unis.
http://en.wikipedia.org/wiki/William_Byrd_II

Son père l'avant envoyé à Londres dès ses sept ans pour faire ses études. Il y resta jusqu'à la mort
de son père en 1705, et il y retourna par la suite. Il fit des études de droit, et il apprit, très certainement
lors de son séjour londonien, la sténographie selon le système de William Mason (1645?-1718?), que j'ai mentionné
au passage sur ce forum, comme maillon d'une chaîne de transmission de techniques sténographiques
sur un empan d'environ 250 ans :
http://forumsteno.vosforums.com/post4096.html


3) Le système de William Mason

Le système Mason n° 1 (voir ci-desous) est explicitement dérivé de celui de Rich (dérivé de celui de Cartwright).
Mason a remis son travail sur le chantier et a publié un système n° 2. Il a inspiré celui de Gurney, encore utilisé
à l'aube du XXe siècle par la maison Gurney, et même par quelques dinosaures américains, et qui fut
le système appris par Charles Dickens vers 1830, et auquel des passages sont consacrés dans David Copperfield.

William Mason a publié "Pen plucked from an eagle's wing" en 1672, puis, sous un titre français très chic,
"La Plume volante" en 1707.

Les caractéristiques du système de Mason sont résumées ici :
http://www.t-script.co.uk/systems.php

La Plume volante est disponible en ligne via Google Books, numérisé (pas très soigneusement) sur un exemplaire
de la Bodléienne à Oxford, 5ème édition, 1725.

Dans le frontispice, sous une gravure représentant feu Mason, on lit, en vers de mirliton avec force inversions :
"Let others who the Flying Pen command
Bow here, and at an humble distance stand
They to some swiftness may pretences find ;
But swifter Mason, leaves 'em all behind".

Voir en note finale une observation sur le "s" chez Mason.

Comme j'ai récemment posté un article sur le père Cossard, le premier auteur de traité sténographique en France,
je fais remarquer (sans chauvinisme) que Mason, contrairement à Cossard, qui publiait son système
vingt ans auparavant, ignore encore ce qu'est un sténogramme. Il continue à tracer des signes sans liaisons.


4) La redécouverte du journal secret de William Byrd

William Byrd a tenu son journal secret de 1709 à 1712 en sténographie Mason, et, logiquement en fonction
des dates, suivant le système n° 1, celui de Pen plucked from an eagle's wing de 1672. On voit une page
de ce journal reproduite ici, mais en trop petit format pour lire quoi que ce soit :
http://community.tncc.edu/faculty/longt/byrd/William_Byrd's_Secret_Diaries.htm

Le journal, qui avait échoué à la Huntington Library à Los Angeles, a été "déchiffré" au bout de deux siècles,
et publié en 1941 :
Wright, Louis B., and Tinling, Marion, eds. The Secret Diary of William Byrd of Westover, 1709-1712.
Richmond, Virginia: Dietz Press, 1941.
Louis Booker Wright (1899-1984) fut un érudit éminent, qui fut responsable de la Folger Shakespeare Library
de Washington de 1948 à 1968.

Marin Tinling était experte en sténographie ancienne, et avait transcrit des notes anciennes concernant
le premier Congrès fédéral (1789-1791) :
http://earlyrepublic.press.jhu.edu/about/ed-info/FFCP0010-editorial.html

Pour comprendre le journal de Byrd, il fallut aussi l'aide d'experts en cryptographie qui avaient examiné
d'autres notes de Byrd.
http://sportsillustrated.cnn.com/vault/article/magazine/MAG1072012/3/index.htm

Publication subséquente d'un autre journal secret de Byrd, couvrant les périodes 1717-1721 et 1739-1741 :
http://catalogue.nla.gov.au/Record/1609155
http://www.worldcat.org/title/london-diary-1717-1721-and-other-writings/oclc/477227westover
wwestover


5) Que dit ce journal ?

Des extraits de ce journal se trouvent facilement sur Internet :
http://www.eyewitnesstohistory.com/colonialplantation.htm
http://nationalhumanitiescenter.org/pds/becomingamer/economies/text5/williambyrddiary.pdf
http://www.indiana.edu/~h105swrd/readings/H105-documents-web/week05/Byrd1709.html

Tout sur la blennorragie de William Byrd :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1629164/pdf/bullnyacadmed00055-0048.pdf


Note sur le signe du "s" chez William Mason

On crédite Mason de l'innovation du cercle pour noter le /s/, qu'on trouve dans la méthode Pitman.
Or un site polonais attribue cette idée à l'influence de l'hébreu.
http://www.fahrenheit.net.pl/archiwum/f70/12.html

Il est possible que Mason ait été en contact avec l'hébreu, même superficiellement,
parce que les sténographes s'intéressent naturellement aux écritures. Peut-être même en savait-il
plus. Après tout notre ami William Byrd lisait de l'hébreu et du grec sur son hacienda virginienne.
Et le frontispice du livre de Cossard en 1651 reproduit des inscriptions en grec et en hébreu.
Et il est exact que, même en hébreu carré, le samekh évoque un rond un peu talé, et que ceci apparaît aussi
dans d'autres formes de l'alphabet.

[Pour la petite histoire, le "O" tout rond de l'alphabet latin remonte, via l'étrusque et le grec, au rond phénicien,
image d'un œil, qui notait le 'ayn. Tandis que le beau rond de l'hébreu remonte à une lettre phénicienne
qui avait une allure complètement différente, une longue barre verticale traversée de trois petites barres horizontales.
Telles sont les facéties des déformations au fil du temps.]
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Autres systèmes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com