Forum du petit sténographe Index du Forum Forum du petit sténographe
Forum d'échange et d'entr'aide autour de la sténographie
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La Current Shorthand de Henry Sweet (1892)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Autres systèmes
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mttiro



Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 362

MessagePosté le: Sam 08 Oct 2011 12:01 pm    Sujet du message: La Current Shorthand de Henry Sweet (1892) Répondre en citant

1) Henry Sweet (1845-1912) était un des grands noms dans l'histoire de la linguistique anglaise, notamment,
mais pas uniquement, pour ce qui touche à la phonétique.
http://en.wikipedia.org/wiki/Henry_Sweet

De façon inattendue, Sweet est indirectement connu du grand public à cause de Bernard Shaw,
comme je l'explique à la fin du présent document.

En tout cas, comme d'autres linguistes d'autrefois, Jespersen par exemple, il s'est intéressé à la sténographie :
c'est ainsi que Sir Isaac Pitman était, peut-on dire, un phonéticien, comme le montre sa coopération
avec Alexander J. Ellis.

Sweet a publié A Manual of Current Shorthand, orthographic and phonetic, Clarendon Press, 1892.
L'entrée Wikipedia sur la question est trop concise pour en donner une idée utilisable :
http://en.wikipedia.org/wiki/Current_Shorthand

On en dispose en revanche d'une excellente description dans l'article suivant d'un phonéticien écossais,
malheureusement non disponible en ligne, que je vais reprendre ici :
M. K. C. MacMahon, Henry Sweet’s system of shorthand.’ In: Towards a History of Phonetics.
Ed. by R.E. Asher and Eugénie J.A. Henderson. Edinburgh: Edinburgh University Press. pp. 265-281.

Signalons au passage que Sweet s'est également intéressé à la notation musicale. Mike MacMahon en a traité ici :
http://www.henrysweet.org/bulletin/2007May03.pdf


2) Sweet n'aimait les systèmes en vogue, et spécialement celui de Pitman, qu'il surnommait Pitfall (embûche).
Il l'avait probablement appris dans sa jeunesse, mais il lui reprochait l'aspect géométrique et non cursif des symboles,
la distinction entre trait fin et trait gras, et une faible lisibilité à la relecture. D'après Sweet, "nature is not so kind"
pouvait être relu fautivement comme "common sand was gone". Sweet opta alors en 1869 pour la Steno-Phonography
d'Alexander Melville Bell, dont j'ai traité par ailleurs sur ce forum. Sweet l'utilisa jusqu'en 1883,
puis essaya de l'améliorer, et, au bout de cinq années, il finit par créer son propre système, la Current Shorthand, ou Current.
Il avait étudié de nombreux systèmes, et en particulier la Gabelsberger.

Comme Sweet était dénué de tout sens commercial, ce système n'eut pratiquement pas d'écho,
et d'ailleurs il fut mal reçu par les critiques de la presse. Clarendon Press (en fait Oxford University Press)
vendit très peu d'exemplaires et envoya le reliquat au pilon à la fin des années trente. Il se contenta de l'enseigner
à ses étudiants d'Oxford, et était incapable de faire face au rouleau compresseur Pitman. Le système fut reçu avec faveur
par le grand linguiste danois Jespersen, qui avait été l'élève de Sweet et qui disait "I am much more certain of being able
to read my English notes [in Current] of half a year ago than of reading my Danish (Gabelsberger) of two hours ago"
(je rappelle que Jespersen était un praticien professionnel de la Gabelsberger, ayant été reporter parlementaire
pendant ses années d'étudiant). Le Français Paul Passy était également favorable, mais continua à utiliser Pitman.
George Bernard Shaw (voir plus bas) admirait la Current, mais dut continuer à utiliser la Pitman, qu'il maîtrisait bien,
parce que son secrétaire travaillait avec ce système.

Une postérité inattendue mais limitée est celle que permit un journaliste et traducteur anglais, Thomas Satchell (1867-1956),
qui, émigré au Japon, enseigna la Current à des Japonais. Noter que Sweet avait adapté la Current à d'autres langues que l'anglais,
dont le français, mais de cette dernière adaptation nous n'avons aucun vestige.

Sweet n'était pas pleinement satisfait de son travail. Comme il avait beaucoup soigné la robustesse du système à la relecture,
qualité principale qu'il attendait d'une sténographie, il était conscient que la rapidité en souffrait un peu.
Il considérait donc que la Current n'était pas pleinement adaptée pour le journalisme. A vrai dire, il était probablement trop pessimiste,
car Satchell lui avait démontré qu'il pouvait obtenir des vitesses supérieures à ce qu'il attendait. Sweet et Satchell
obtenaient des vitesses respectables de 150 mots à la minute.

Sweet avait en réalité conçu deux systèmes. Le premier, dont nous avons parlé, était à base phonologique.
Mais il y en avait un deuxième, à base orthographique, probablement sous l'inspiration du double système de Callendar
dont j'ai parlé par ailleurs.

Le système de la Current Shorthand comporte un stock de symboles résultant d'une analyse stricte
de la structure phonologique de l'anglais (le mot "phonème" n'était pas en usage dans ce sens à cette époque-là,
mais c'est bel et bien cela dont il s'agit). Or il se trouve que l'anglais a un système consonnantique assez fourni,
et, surtout, un système vocalique nettement plus riche que celui de la majorité des langues.
En conséquence la Current a un stock de signes lourd, puisqu'elle comporte 24 symboles pour les consonnes
(plus deux pour noter des consonnes de mots écossais), et 21 symboles pour les voyelles
(en tout cas selon la prononciation de l'anglais standard de l'époque).

On peut trouver les signes sur cette page, reproduction de la figure 1 de l'article de MacMahon :
http://www.fortunecity.com/victorian/vangogh/555/Spell/shaw-pref-2.html

Par commodité, les voici ici :



Je m'avance peut-être, mais il me semble que la Current est le seul système qui établisse un appariement rigoureux
un phonème = un symbole pour l'anglais (que cela soit souhaitable ou non dans un système sténographique
est une autre question). Et pendant que j'y suis, je ne crois pas qu'il existe un seul système français
où un tel appariement ait été opéré (sauf, peut-être, justement, la version française du Current, non attestée).
Le système Duployé s'en approche pas mal, spécialement quand il doit s'attaquer au système français
d'une quinzaine de voyelles. La Duployé pratique la confusion entre le é fermé et le è ouvert, ce qui
se justifie ergonomiquement très bien (d'autant que beaucoup de francophones ignorent en fait cette distinction),
de même pour le choix d'un seul symbole pour les deux o, celui de "peau" et celui de "pote" et pour les deux eu,
celui de "peu" et celui de "peur". En revanche, s'agissant des voyelles nasales, Duployé tient absolument à distinguer
le "un" du "in", alors même que la majorité des Français ne font plus la distinction, et que, de toute façon,
la rentabilité de cette distinction est faible, vu son peu de poids statistique même chez ceux qui, comme moi, la font :
"brin" / "brun", "hein" / "un", "empreinte" / "emprunte" (occasion de nombreuses fautes d'orthographe), "geint" / "jeun",
"Alain" / "alun", et quelques autres.


3) Terminons par des remarques sur la postérité inattendue de Henry Sweet non pas comme sténographe,
mais comme phonéticien et comme personnage mal embouché, devenu l'inspiration pour le héros d'une pièce,
puis d'une comédie musicale filmée.

L'écrivain George Bernard Shaw, qui était passionné par des questions de langage, et spécialement
par les relations entre écriture et prononciation (il déplorait la complexité de l'orthographe anglaise),
connaissait Henry Sweet, de onze ans plus âgé que lui.

Shaw écrivit une pièce célèbre, Pygmalion, publiée en 1912 et représentée en 1914 :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pygmalion_(Shaw)
http://en.wikipedia.org/wiki/Pygmalion_(play)

La pièce est disponible en ligne, avec une préface où Shaw parle, de façon mémorable, de Henry Sweet,
dont le sale caractère était bien connu, et dont il dit : "Henry Sweet, then a young man, lacked
their sweetness of character" (sweet = doux, sweetness = douceur).
http://www.gutenberg.org/files/3825/3825-h/3825-h.htm

Dans cette pièce un phonéticien virtuose, le professeur Higgins, arrive à transformer la prononciation
d"'une jeune marchande de fleurs, Eliza Dolittle, qu'il a rencontrée par hasard, et qui parle originellement
avec un très fort accent de Londres, le cockney, tant et si bien que celle-ci peut finir par évoluer
dans la haute société sans que ses origines ne soient détectées.

Shaw connaissait également un autre éminent phonéticien beaucoup plus jeune, Daniel Jones (1881-1967).
Certains prétendent que le vrai modèle pour Higgins aurait été Jones plutôt que Sweet. Mais pourquoi pas les deux ?

La pièce de Shaw a été adaptée (apparemment par Shaw aidé de deux ou trois collaborateurs) pour un film à succès de 1938,
dirigé par Anthony Asquith / Leslie Howard, musique d'Arthur Honegger, et visible en ligne (96 minutes) :
http://en.wikipedia.org/wiki/Pygmalion_(1938_film)
Shaw aurait aimé que le rôle du professeur Higgins soit tenu par Charles Laughton, mais c'est Leslie Howard qui l'obtint.

En 1956 Alan Jay Lerner (parolier) et Frederick Loewe (compositeur) adaptèrent Pygmalion en comédie musicale
pour Broadway : My Fair Lady. Le rôle de Higgins était tenu par Rex Harrison.
http://en.wikipedia.org/wiki/My_Fair_Lady

Cette comédie musicale obtint un grand succès et devint ensuite un film de George Cukor, chargé d'honneurs,
où Higgins était à nouveau joué par Harrison, récompensé par un Oscar à Hollywood, à qui on doit ce mot :
"Actually, my dear fellow, I play Leslie [Howard] doing Higgins."
http://en.wikipedia.org/wiki/My_Fair_Lady_(film)

On peut par exemple voir le professeur Higgins mettant Eliza Dolittle devant un appareil phonétique diabolique ici (2 minutes) :
http://www.youtube.com/watch?v=-gA7qq7Ja4U

Scène connue sur la prononciation de la diphtongue de "The rain in Spain stays mainly in the plains" :
http://www.youtube.com/watch?v=i9K3NCMpDO8
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du petit sténographe Index du Forum -> Autres systèmes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com